Comment prévenir les troubles digestifs du cheval ?

La santé digestive est essentielle pour les chevaux. Le système digestif du cheval est bien adapté à une alimentation lente et est conçu pour être alimenté régulièrement afin de maintenir le bon fonctionnement du système digestif. Les troubles digestifs sont fréquents chez les chevaux et peuvent provoquer une grande détresse chez les animaux. L’indigestion chez les chevaux peut entraîner une intoxication alimentaire, en particulier des ulcères d’estomac, des coliques et de la diarrhée. 

Les coliques

Les coliques se caractérisent par des douleurs abdominales extrêmement intenses. L’apparition de la colique est une crainte importante chez les propriétaires de chevaux, même si elle ne peut pas toujours être évitée. De fait, les coliques sont responsables de la plus grande proportion de décès chez les chevaux.

A voir aussi : Comment respire une tortue ?

  
Le comportement d’un cheval indiquera son niveau de forme physique. Lorsqu’il a mal, le cheval peut gratter le sol, perdre l’appétit ou se coucher plus longtemps que d’habitude. Lorsque la douleur augmente, le cheval peut agir de manière agitée et se cogner le ventre, ou bien rester alité. Quand vous voyez votre cheval transpirer abondamment et se rouler par terre dans une douleur atroce.    

 

A voir aussi : Comment rendre heureuse une tortue d'eau ?

Pour soigner les coliques ou tout autre troubles digestifs, vos pouvez utiliser l’aliment complémentaire naturel dans ce lien : https://naturacheval.fr/produit/intestin-carbo-stop-equin/

 

Voici aussi quelques mesures pouvant être appliquées : 

  • Veiller à ce que de l’eau fraîche et propre soit toujours disponible 
  • Nourrissez une alimentation de haute qualité composée principalement de grains entiers
  • Diviser la ration en plusieurs repas par jour
  • Établissez une routine et respectez-la
  • Faites en sorte que toutes les transitions alimentaires soient progressives. 
  • Développer un programme régulier de contrôle des parasites avec l’aide d’un vétérinaire équin 
  • Ne saupoudrez pas de nourriture sur un sol sablonneux 
  • Servez une literie de bonne qualité

Si vous suspectez des coliques chez votre cheval, contactez votre vétérinaire au plus vite. 

Les ulcères

La gastrite se caractérise par une détérioration de la muqueuse gastrique du cheval due à une augmentation de la quantité d’acide gastrique. Il s’agit d’un trouble digestif particulièrement douloureux pour les chevaux. 

 

Il existe certains facteurs qui peuvent rendre les chevaux plus susceptibles de développer des ulcères gastriques : une absence de suffisamment de fibres dans le régime alimentaire, une consommation excessive d’amidon, le nombre de repas quotidiens restreint, le stress du cheval…

 

Les symptômes typiques comprennent : l’anorexie, la difficulté à maintenir son poids / perte de poids, la modification de la fourrure, un comportement problématique, une mauvaise performance, le fait de mâcher du bois. Cependant, les symptômes diffèrent d’un cheval à l’autre. La seule façon de diagnostiquer les ulcères chez les chevaux est de procéder à une gastroscopie.                                      

 

Afin de réduire le risque d’ulcères, plusieurs précautions doivent être prises. Distribuez au moins 1,5 à 2,5 kg d’aliment pour 100 kg de poids vif du cheval, répartis en plusieurs repas dans la journée. Assurez-vous aussi de respecter la période de transition afin que son corps puisse s’adapter à la nouvelle nourriture. En outre, assurez-vous que votre cheval a beaucoup d’eau propre 

 

Soyez prudent quant à la séquence de distribution des aliments et évitez les périodes de restriction alimentaire. Et pour finir, veillez à sortir votre animal au moins une fois par jour et assurez-vous que le bac à litière est de bonne qualité

Les diarrhées

Un troisième trouble digestif chez les chevaux est la diarrhée. La diarrhée peut aller d’inoffensive avec une déshydratation sévère à sévère. En fait, deux types de diarrhée peuvent être observés dont l’apparition soudaine d’une diarrhée aiguë et la diarrhée chronique qui persiste dans le temps. 

 

Contactez votre vétérinaire en cas de diarrhée aiguë et prolongée (voire fièvre). Pour éviter les troubles digestifs chez ces chevaux, il faut suivre les règles de bonnes pratiques suivantes. 

 

Assurez-vous de faire une transition en douceur pour habituer son corps aux nouveaux aliments, y compris l’herbe (surtout au printemps). Assurez-vous également d’avoir un apport constant en fibres et limitez l’apport excessif d’amidon

 

Ajuster l’alimentation de votre cheval pour conserver la santé digestive peut grandement contribuer à avertir les ulcères et les coliques. Les fibres alimentaires doivent constituer une part importante de l’alimentation de votre cheval pour assurer une bonne digestion. 

 

L’importance de l’alimentation dans la prévention des troubles digestifs

Pensez à bien fournir aux chevaux une alimentation riche en fibres, qui peut aider à maintenir un système digestif sain. Les chevaux ont besoin d’une alimentation riche en foin et/ou en paille pour répondre à leurs besoins nutritionnels ainsi qu’à leur besoin naturel de mastication et de digestion.

Pensez à bien garder à l’esprit que chaque cheval a des besoins diététiques différents selon son âge, sa taille, son niveau d’activité physique et ses antécédents médicaux. Il est recommandé de consulter un vétérinaire ou un nutritionniste équin pour concevoir une alimentation adaptée aux besoins spécifiques du cheval.

En plus des fibres, les aliments riches en graisses peuvent aussi être bénéfiques pour le tractus intestinal. Cela inclut des aliments tels que les graines soyeuses comme le lin ou la chia qui contiennent des acides gras oméga-3 bénéfiques pour la santé digestive.

Pensez à bien être vigilant quant au choix des compléments alimentaires proposés sur le marché car ils peuvent contenir des substances toxiques ou inutiles pouvant causer plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Pensez à avoir recours à l’expertise professionnelle avant toute décision visant à modifier significativement l’alimentation du cheval.

Une bonne hygiène combinée avec une alimentation saine et équilibrée sont les clés principales dans la prévention efficace contre les troubles digestifs chez le cheval. En suivant ces principaux conseils, les propriétaires de chevaux peuvent aider à maintenir la santé digestive et le bien-être général de leur animal de compagnie tout en évitant des problèmes coûteux et potentiellement dangereux qui peuvent résulter d’une hygiène alimentaire inadaptée.

Les signes à surveiller pour détecter un trouble digestif chez le cheval

Pensez à bien surveiller régulièrement les signaux d’alerte qui peuvent indiquer que votre cheval souffre d’un trouble digestif. Bien que chaque animal puisse présenter des symptômes différents, certains signaux sont communs à tous les troubles digestifs chez le cheval.

Le premier signal à surveiller est la perte d’appétit et/ou une baisse significative de la consommation alimentaire. Cela peut être un indicateur précoce qu’il y a un problème avec le système digestif du cheval.

Les coliques, qui résultent souvent de problèmes intestinaux tels que l’occlusion intestinale ou le déplacement intestinal, sont des affections courantes chez les chevaux. Les propriétaires doivent donc être attentifs aux signaux suivants : agitation anormale (chevauchement continu), sudation excessive (transpiration), roulement sur le sol et/ou haussement fréquent de la patte avant gauche.

Un autre signal commun est une modification dans les selles ou des changements dans leur apparence ou leur odeur. Des selles molles, liquides ou même sèches peuvent aussi indiquer un trouble gastro-intestinal sous-jacent.

Si votre cheval montre une perte subite de poids ou semble fatigué sans raison apparente, cela peut aussi être révélateur d’un trouble digestif potentiel. Si vous remarquez l’un des signaux ci-dessus mentionnés chez votre animal domestique équin, il vaut mieux contacter immédiatement son vétérinaire traitant pour avoir plus d’informations sur ce qui doit être fait car ces symptômes peuvent devenir sérieux s’ils sont négligés.

Pensez à bien discuter avec votre vétérinaire traitant pour vous assurer que toute question ou préoccupation concernant la santé digestive de l’animal puisse être rapidement prise en charge.