Comment respire une tortue ?

Il existe divers types de tortues : les tortues terrestres ; les tortues marines… Ces dernières ont la possibilité de se mouvoir, vivre et se nourrir aussi bien dans un milieu aquatique que dans un milieu terrestre. Cette prouesse est possible grâce au mode respiratoire particulier des tortues. C’est justement de cela qu’il est question dans cet article. Voici le mode de respiration de la tortue.

Bon à savoir sur les tortues

Dans un premier temps, il est préférable d’en apprendre un peu plus sur cet animal. En effet, la tortue est un reptile qui se distingue grâce à sa carapace imposante. Comme chez la plupart des reptiles, la tortue est ovipare donc pond des œufs pour se reproduire. Elles se nourrissent principalement de végétaux ou de viande en fonction de l’espèce qui est subdivisée en trois groupes : les tortues terrestres, les tortues aquatiques et les tortues marines. Quelle est alors le mode de respiration des tortues ?

A voir aussi : Croquette Edgard Cooper : où sont fabriquées les croquettes Edgard Cooper ?

Mode de respiration des tortues

Le système respiratoire des tortues a évolué en fonction du milieu de vie des tortues. Ainsi les tortues marines ont un système respiratoire adapté au milieu marin et il en est de même pour les tortues terrestres.

Comment respirent les tortues terrestres

La tortue terrestre dispose d’un système respiratoire comme celui des mammifères terrestres. Il a alors des poumons. Elle inspire l’air par ces narines puis expire comme tout animal doté de poumons. brown turtle on brown sand during daytime

A lire également : Les chats à la tête plate et leurs caractéristiques uniques

Comment respirent les tortues marines

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les tortues d’eau ne peuvent pas respirer sous l’eau. Comme les tortues terrestres les tortues marines et aquatiques aussi ont des poumons à une différence près. En effet, les tortues aquatiques ont des poumons plus larges que la normale qui leur permet de rester sous l’eau en apnée. En surface, les tortues d’eau respirent normalement et remplissent leurs poumons d’air, mais lorsqu’elles immergent sous l’eau leurs narines s’obstrue et elles restent en apnée grâce à leur réserve d’air dans leurs poumons. Lorsque la tortue est en faible profondeur, elle remonte régulièrement se réapprovisionner en air cependant lorsqu’elle chasse, elle peut rester en apnée pendant 3h de temps. La respiration cloacale : certaines espèces de tortues aquatiques ne restent pas en apnée sous l’eau, mais respirent sous l’eau. Il s’agit de la respiration cloacale ou littéralement par l’anus. En effet, chez certaine espèce de tortue, cette zone est extrêmement vascularisée. L’eau est aspirée par le cloaque dans un organe appelé bourse ou des vaisseaux sanguins sont fixés à la surface. Ensuite l’oxygène de l’eau est absorbé directement à travers l’épithélium dans la circulation sanguine.

Les différents types de tortues et leur respiration

Il existe plusieurs espèces de tortues, chacune avec son propre mode de vie et sa propre façon de respirer. Parmi les plus courantes, on peut citer la tortue terrestre et la tortue aquatique.

La tortue terrestre est capable de respirer à travers ses poumons ou par diffusion cutanée. Elle utilise principalement ses poumons pour prendre l’oxygène dont elle a besoin. Lorsqu’elle se trouve dans un environnement sec, elle ferme souvent ses narines afin d’éviter toute perte d’eau par évaporation.

Quant à la tortue aquatique, sa respiration est beaucoup plus complexe car elle doit faire face à des défis supplémentaires liés au milieu dans lequel elle évolue. Pour respirer sous l’eau, les tortues marines utilisent notamment une technique appelée ‘respiration cloacale‘, qui consiste en l’utilisation du cloaque comme organe respiratoire secondaire.

Le cloaque est un orifice situé sur la partie inférieure du corps des reptiles et il remplit plusieurs fonctions importantes chez les femelles car il sert aussi pour pondre leurs œufs ainsi que pour uriner. Chez les mâles en revanche, le cloaque ne sert qu’à expulser leurs déjections corporelles.

En ce qui concerne les autres espèces de tortues aquatiques telles que les tortues d’eau douce ou encore certains types de tortues marines comme la tortue-luth (Dermochelys coriacea), elles ont quant à elles recours aux branchies internes situées sous leur plastron lorsqu’elles sont juvéniles avant ensuite de les perdre au profit des fameuses respirations cloacales.

Il faut noter que toutes les tortues ne sont pas capables de respirer sous l’eau. Les tortues terrestres par exemple, peuvent rester plusieurs heures sans respirer mais si elles se retrouvent immergées dans l’eau pendant une période prolongée, elles risquent la noyade.

Chaque espèce a développé des adaptations uniques pour survivre et prospérer dans son environnement spécifique. Ces différenciations rendent la nature encore plus fascinante et nous permettent d’en apprendre davantage sur le monde qui nous entoure.

Comment les tortues gèrent leur respiration sous l’eau

Comme nous l’avons vu précédemment, les tortues aquatiques ont développé des techniques spécifiques pour respirer sous l’eau. Mais comment font-elles pour réguler leur respiration et éviter de se noyer ?

Pensez à bien souligner que contrairement aux mammifères marins tels que les dauphins ou les baleines, les tortues ne possèdent pas un système respiratoire complètement indépendant qui peut fonctionner en permanence sous l’eau. Effectivement, pour survivre dans cet environnement hostile, elles doivent faire preuve d’une grande gestion de leur respiration.

Lorsqu’elles sont immergées sous l’eau, la première étape consiste à retenir leur souffle. Les tortues peuvent tenir leur respiration pendant plusieurs heures si besoin est. Au bout d’un certain temps, elles doivent remonter à la surface pour prendre une bouffée d’air frais. Cette période varie selon chaque espèce mais aussi selon le niveau d’activité physique de la tortue.

Pendant cette remontée à la surface, la tortue doit faire face à plusieurs défis tels que : trouver rapidement une zone où elle peut émerger sans difficulté (notamment difficile lorsqu’il y a du courant), repérer s’il n’y a pas de prédateur près de sa position actuelle et être suffisamment rapide afin qu’elle puisse atteindre la surface avant son manque d’oxygène. Une fois à la surface, elle prend une grande inspiration et stocke l’air dans ses poumons.

Mais comment font les tortues pour ne pas perdre tout leur air lorsqu’elles sont de retour sous l’eau ? Les spécialistes ont observé que les tortues peuvent réguler leur respiration en modifiant leur fréquence cardiaque. Effectivement, lorsque la tortue est immergée sous l’eau, son rythme cardiaque ralentit considérablement afin d’économiser de l’oxygène. Par conséquent, elles utilisent plus lentement leur réserve d’air stockée dans leurs poumons, ce qui augmente ainsi le temps où elles peuvent rester sans respirer.

Certaines types de tortues aquatiques comme la tortue-luth (Dermochelys coriacea) possèdent des plastrons spécifiquement conçus afin de permettre une surface corporelle accrue, nécessaire pour effectuer des échanges gazeux efficaces pendant qu’elle se trouve sous l’eau.

Si vous observez un jour ces animaux fascinants en train de nager sous-marine ou flotter sur la surface d’un lac ou océan proche de chez nous, sachez que malgré toutes les adaptations particulières qu’ils ont développées au cours des siècles derniers, il y a encore beaucoup à apprendre sur les mystérieuses façons dont ils gèrent leur survie quotidienne !

Les adaptations des tortues pour la respiration en milieu terrestre

Si les tortues aquatiques ont développé des techniques spécifiques pour respirer sous l’eau, les tortues terrestres ont aussi dû s’adapter à leur environnement pour assurer une respiration suffisante.

Vous devez souligner que la majorité des espèces de tortues peuvent respirer grâce à leurs poumons. Elles inspirent de l’air par leur bouche ou leur nez et le stockent dans leurs poumons. Certaines espèces comme la tortue-boîte (Terrapene carolina) ont évolué vers un mode de respiration différent.

Cette espèce est capable d’utiliser son postérieur pour absorber l’oxygène présent dans le sol. Effectivement, elle se creuse un petit trou dans la terre avec ses pattes arrière et y enfouit sa tête pendant quelques minutes afin de capter suffisamment d’air frais. Cette adaptation lui permet ainsi de survivre en milieu sec et chaud où l’accès à l’eau peut être limité.

Chez certaines espèces telles que la tortue-écriteau, on observe une modification particulière du squelette qui favorise une meilleure respiration en milieu terrestre. Son plastron est plat plutôt qu’en forme de bol, ce qui permet au diaphragme • muscle responsable des mouvements respiratoires • de mieux fonctionner en facilitant les échanges gazeux lorsqu’elle respire.

D’autres types de tortues telles que celles appartenant à la famille des Testudinidae (tortues terrestres) ont développé une technique de respiration leur permettant de conserver l’humidité nécessaire à leur survie en milieu aride. Les narines sont situées en haut du crâne, ce qui leur permet d’éviter que les particules de poussière et autres débris ne pénètrent dans leurs voies respiratoires.

Vous devez souligner que toutes les tortues • qu’elles soient aquatiques ou terrestres • doivent faire face à des menaces environnementales telles que la pollution, la chasse illégale et la destruction de leur habitat naturel. Ces dangers peuvent avoir un impact négatif grave sur leur capacité à respirer correctement et ainsi compromettre gravement leur survie.

On peut dire que les tortues sont des animaux fascinants ayant su s’adapter efficacement aux conditions environnementales particulières dans lesquelles elles vivent. Leur système respiratoire est un exemple parfait de ces adaptations complexes mais nécessaires pour assurer une vie saine et durable malgré les défis climatiques actuels.

Les risques pour les tortues liés à la pollution de l’air et de l’eau

Malgré leurs capacités d’adaptation, les tortues sont confrontées à plusieurs menaces environnementales qui compromettent leur survie. Parmi celles-ci, la pollution de l’air et de l’eau figurent en première ligne.

La pollution atmosphérique peut altérer la qualité de l’air que les tortues respirent, ce qui a un impact direct sur leur santé respiratoire. Les particules fines issues des émissions industrielles ou automobiles peuvent pénétrer dans leurs voies respiratoires et provoquer une inflammation des poumons ou même entraîner des maladies chroniques comme l’emphysème pulmonaire.

En milieu aquatique, les tortues font aussi face à une pollution constante due aux activités humaines. Les déchets plastiques tels que les sacs ou bouteilles jetés dans les océans se fragmentent progressivement en microparticules souvent ingérées par les animaux marins dont font partie certains types de tortues aquatiques. Ces microparticules peuvent causer divers problèmes digestifs tels que la colite inflammatoire chez ces dernières.

Le ruissellement urbain peut transporter des produits chimiques nocifs provenant des zones industrielles et agricoles vers les cours d’eau où vivent ces reptiles. L’exposition prolongée à ces substances polluantes peut entraîner des troubles hormonaux affectant notamment la croissance et le développement sexuel de différentes espèces.

Les risques liés aux changements climatiques ne doivent pas être négligés non plus dans cette lutte pour préserver ces animaux fascinants : l’augmentation du niveau de température ambiante réduit la quantité d’oxygène disponible dans l’eau, l’acidification des océans due à l’émission de gaz carbonique favorise la dissolution des coquilles et détruit les habitats naturels.

Face à cette situation alarmante, pensez à bien mesurer son impact sur l’environnement pour minimiser les risques liés aux activités humaines. Des gestes simples peuvent être effectués par tous : trier ses déchets, éviter l’utilisation excessive de produits chimiques ou encore limiter sa consommation d’énergie fossile. Ces petits efforts collectifs contribuent efficacement à réduire les menaces environnementales pesant sur nos amis les tortues.