Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de l'association Amis des Bêtes

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark

24 Juillet 2015, 06:55am

Publié par amisdesbetes

De Sea Shepherd officiel le 23/07/2015

 

Environ 150 dauphins ont été tues aujourd'hui aux iles Feroe. Quatre membres de Sea Shepherd ont été arretés par la police feringienne, dont deux francais Christophe Bondue, Xavier Figarella, l italienne Mariana Baldo, et la sud africaine Rosie Kunneke. La Marine Danoise et la police se sont montres particulierement agressifs avec nos volontaires.

"Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark"

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark
Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark

La vidéo du grindadrap (massacre de dauphins) aujourd'hui aux îles Féroé avec dès le début, l arrestation musclée d un des volontaires de sea shepherd par la police sous les applaudissements, suivie de la ruée vers les dauphins d'hommes armés de crochets. On peut entendre les dauphins...

Lire la suite

Vote historique en Catalogne

23 Juillet 2015, 08:41am

Publié par amisdesbetes

Vote historique en Catalogne

Cinq ans après l'abolition de la corrida, la Catalogne interdit la détention d'animaux sauvages dans les cirques!

Lire la suite

Emplois de la corrida, les mensonges dévoilés

19 Juillet 2015, 15:59pm

Publié par amisdesbetes

Emplois de la corrida, les mensonges dévoilés

Article de la FLAC

La corrida créatrice de richesses ? D’emplois ?

Les abolitionnistes dénoncent régulièrement ce qu’ils présentent comme un mensonge : l’apport économique de la corrida. Par exemple en indiquant que dans de nombreux cas, lorsque les corridas sont organisées dans le cadre de Ferias populaires, ce n’est évidemment pas la corrida qui apporte à la Feria, mais l’inverse. Notamment via les subventions publiques et les facilités offertes par les municipalités aux organisateurs de ces tristes spectacles.

Même si nous luttons principalement contre la barbarie des arènes qui sévit dans le sud de la France, la situation en Espagne (berceau de la corrida) est particulièrement intéressante et riche d’enseignements. Un important dossier consacré à la réalité de la filière tauromachique vient d’être publié par l’AVATMAl (association de vétérinaires opposés à la tauromachie et à la maltraitance animale). Le travail effectué, et les conclusions rendues publiques méritent amplement d’être résumés ici.

En Espagne, de 2007 à 2014, le nombre de « spectacles » tauromachiques (corridas, novilladas, becceradas, « festivals » taurins et apparentés) s’est effondré : 3651 en 2007, 1868 en 2014, soit une baisse de 51 % ! Ce qui n’a pas empêché la mise à mort de 5 324 pauvres bovins dans les arènes l’année passée…

Alors que la logique voudrait que le nombre de d’intervenants professionnels déclarés diminue, c’est exactement l’inverse qui s’est produit sur la même période : 7 397 en 2007, 10 194 en 2014 ! Il est évident que tous ces « professionnels » ne peuvent réellement exercer leur activité, même très ponctuellement…

Sur 810 personnes enregistrées comme « matadors de toros », 623 ne sont intervenues à aucun moment lors d’une corrida en 2014. Plus parlant encore : sur 3018 « novilleros » déclarés, 2984 n’ont même pas foulé le sable des arènes en 2014 (l’étude indique même que plus de 68 % de ces novilleros, logiquement de jeunes toreros débutants, ont en réalité plus de 30 ans…) ! Au final, seuls 8 % de ces professionnels ont eu plus d’un engagement dans l’année écoulée… Quel succès !

Les chiffres concernant l’élevage sont à l’avenant. Sur un total de 1339 exploitations déclarant élever des taureaux destinés à la corrida, 311 seulement ont pu vendre au moins un animal pour une corrida en 2014, c’est à dire 23 %. Les 77 % restant n’ont pas même vendu un seul animal l’année écoulée. En Espagne comme en France, la très grande majorité des taureaux dits de corrida sont en fait destinés principalement à la filière alimentaire et non à la corrida (les chiffres français de sources taurines tournent tous autour d’un maximum de 10 % d’animaux destinés à la tauromachie), anéantissant ainsi l’éternel argument des taurins selon lequel, l’abolition de la corrida génèrerait la disparition du taureau dit de combat.

Au vu de ce rapport, il apparaît évident que la filière de la corrida n’est en rien la source d’emplois et de richesses pour la communauté que le lobby taurin tente de mettre en avant. La très grande majorité des professionnels n’a aucune activité régulière, voire pas d’activité du tout. Maintenue la tête hors de l’eau en Espagne à grands coups de subventions publiques (de la part de l’État, et également de la part de l’Europe), la corrida n’est pas un »plus » pour la société : elle est en réalité une charge supplémentaire, à laquelle s’ajoutent son caractère de plus en plus impopulaire et sa cruauté archaïque…

En France, la situation est-elle plus favorable à la tauromachie ? Le plus petit nombre d’intervenants (toreros ou éleveurs) limite probablement la casse. Mais la mauvaise santé financière des plus importants organisateurs français de corrida ne vient pas relever le bilan général. Au contraire. Pas plus que le fait que dans de nombreux spectacles, notamment les plus importants, les toreros ainsi que les animaux proviennent souvent d’Espagne, ceci réduisant un peu plus encore l’apport économique de la corrida et l’élevage français…

Désinscription du PCI, rejet de la part de la grande majorité des citoyens, recommandation répétées de l’ONU visant à en écarter les enfants ; décidément, les arguments en faveur de cette barbarie s’effondrent l’un après l’autre. Il est grand temps d’en finir…

Nous profitons de la diffusion de cet important rapport de l’AVATMA pour saluer également l’action des vétérinaires abolitionnistes français, réunis au sein du COVAC (Collectif des Vétérinaires pour l’Abolition de la Corrida). Le COVAC a récemment écrit au Conseil Supérieur de l’Ordre des Vétérinaires pour attirer son attention sur la cruauté de la corrida et sur la honteuse caution apportée par quelques vétérinaires à cette pratique. Le Conseil Supérieur de l’Ordre des Vétérinaires a favorablement accueilli les préoccupations exprimées par le COVAC et a annoncé que la corrida faisait désormais partie des questions que le pôle « profession vétérinaire et éthique animale » du Conseil de l’Ordre va traiter, et qu’un avis sera rendu.

Une fois cet avis rendu, cela signifiera une avancée considérable pour notre cause et la remise en question de l’existence aberrante des vétérinaires taurins…

Lire la suite

Cirque MEDRANO bientôt à AIX-les-BAINS

12 Juillet 2015, 20:36pm

Publié par amisdesbetes

Cirque MEDRANO bientôt à AIX-les-BAINS

Manifestation silencieuse pendant chaque représentation

Rejoignez AMIS DES BÊTES

vendredi 31 juillet à 18h et 20h30
samedi 1er Août à 14H30 18H et 20H30

dimanche 2 août à 10H30 14H30 et 17H30

Lire la suite

La FBB perturbe le défilé de fourrures de Fendi

12 Juillet 2015, 20:24pm

Publié par amisdesbetes

Action "coup de poing" (mais non violente) de la Fondation Brigitte Bardot pour dénoncer l’industrie de la fourrure lors du 1er défilé "haute-fourrure" de Fendi à Paris, le 8 juillet 2015..

Lire la suite

Cirque Ritz à Trouville. Animaux parqués, des internautes scandalisés

10 Juillet 2015, 07:28am

Publié par amisdesbetes

Un article de Ouest France du 08 juillet de virginie ENEE

Les conditions de vie des animaux du cirque Ritz ont choqué certains Trouvillais (dont nous!) lors de sa venue sur le quai Moureau de Trouville, en début de semaine.

 

En guise d’enclos, des grilles de 2 m sur 2 en plein soleil. Avec pour tout paillage le bitume du quai agrémenté de trois fois rien de foin. Voilà les conditions de vie de deux lamas, d’un zèbre, de deux chameaux ou encore d’un cheval.

Impossible alors de se mouvoir, tout juste de se coucher. À tel point que le cheval finit par tourner sur lui-même inexorablement…Sur la page Ouest-France Deauville-Trouville, certains internautes sont scandalisés :

 

 

 

Cirque Ritz à Trouville. Animaux parqués, des internautes scandalisés
Cirque Ritz à Trouville. Animaux parqués, des internautes scandalisés

Lire la suite

Mieux connaître notre nature avec la LPO

4 Juillet 2015, 06:00am

Publié par amisdesbetes

Mieux connaître notre nature avec la LPO

Atlas des amphibiens et reptiles de Rhône-Alpes : ouvrage en souscription jusqu’au 31 juillet 2015 !

À sa publication prévue pour septembre 2015, cet atlas constituera une référence sur l’état des connaissances pour l’ensemble des 43 espèces autochtones
de reptiles et amphibiens de Rhône-Alpes (soit près des trois quarts des espèces de France continentale
).

Synthèse de plus de 160 000 données collectées jusqu’à 2014, cet ouvrage comprendra notamment, outre les monographies d’espèces, une présentation de l’herpétologie rhônalpine et des actions de conservation de ces espèces en Rhône-Alpes. Des cartes de répartitions potentielles issues d’une analyse approfondie et utilisant les outils de modélisations les plus modernes figureront dans l’ouvrage.
La rédaction a été menée collectivement par les membres du Groupe herpétologique Rhône-Alpes en impliquant également différents universitaires et chercheurs faisant référence dans le domaine, cela en lien avec l’équipe salariée de la LPO.

Richement illustré de photographies (pour la plupart originales et en provenance de notre région), cartes de répartition et graphiques, l’ouvrage s’adressera aussi bien aux herpétologues, qu’au personnel travaillant dans l’environnement ou encore au grand public. Son volume est estimé à 450 pages environ dont plus de la moitié consacrée aux monographies.

Document(s) joint(s)

bulletin de souscription

Mieux connaître notre nature avec la LPO
Mieux connaître notre nature avec la LPO

Au terme de 6 années d’investissement et d’efforts communs et partagés, l’Atlas des oiseaux de France paraîtra très prochainement.

LA nouvelle référence de l'ornithologie en France

Pour la première fois, toutes les connaissances sur les oiseaux nicheurs et hivernants de France réunies.

Une somme unique compilant des millions de données collectées par plus de 10 000 observateurs. L’aboutissement de 4 années d’inventaires, conduits entre 2009 et 2012.

Une somme unique compilant des millions de données collectées par plus de 10 000 observateurs

357 espèces. Plus de 700 photographies et 1 500 cartes de répartition

L’aboutissement de 4 années d’inventaires, conduits entre 2009 et 2012.

Le tout complété par des analyses graphiques et cartographiques, permettant d’évaluer l’évolution de l’avifaune depuis 40 ans dans un contexte de changements globaux. Véritable monument du savoir ornithologique, cette somme établit les fondements en matière de recherche sur les oiseaux et définit les orientations pour leur préservation au XXIe siècle.

Offre spéciale de lancement:

· Prix de lancement éditeur: 85 € valable jusqu'au 31/12/2015

· Remise spéciale LPO supplémentaire de 5%, soit 80,75 € au lieu de 85 €, valable jusqu'au 31/12/2015

  • Frais de port réduits : 4€ au lieu de 8 €* sur toute pré commande enregistrée avant le 15 octobre 2015 sur la Boutique LPO.

* Offre valable jusqu'au 15/10/2015 (forfait de 8€ au-delà). Frais de port réduits pour les envois en France métropolitaine uniquement. Hors France métropolitaine, nous consulter. Toute commande comportant un autre produit que l'Atlas des oiseaux nicheurs de France métropolitaine se verra appliquer le forfait de 8€ pour les frais d'envoi.

> Pour bénéficier des frais de port à moitié prix, tapez le code FDPATLAS dans la case code promotion avant de valider votre panier

> Pour une commande courrier, téléchargez le bon de réservation

>Pour une commande par mail directement sur la boutique LPO, cliquer sur le lien ci-dessous

Pré commande de l'atlas

Lire la suite