Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'association Amis des Bêtes

CAROLINE, MON AMIE,

20 Juin 2009, 06:54am

Publié par amisdesbetes

article qui fait suite à celui commenté de LAETI sur la publication du livre de Caroline LANTY, administrateur de la SPA Nationale et ex Présidente  de celle ci. voir : Le blog de Caroline LANTY

Caroline, mon amie,

 

Ce qui me frappe à la lecture de ton livre Caroline, c’est que, finalement, quelle que soit l’importance de nos associations, nous nous retrouvons tous devant les mêmes problèmes, tes vues sont celles que nous avons au refuge "Amis des Bêtes" et la similitude des situations que découvre la SPA nationale sur le terrain est identique à celles que nous côtoyons chez nous au quotidien. Mêmes vues, même combat.  Quel constat au final?  pourquoi toutes ces associations qui relèvent de la Protection Animale et qui se battent jour après jour pour améliorer la condition animale pèsent-elles si peu et pourquoi se moque t’on ouvertement de nous au niveau des pouvoirs publics ?

 

Tout en exerçant ses activités multiples en faveur des animaux, la SPA nationale gère en son nom propre 58 refuges soit, un gros cinquième des refuges existant en France. Plus de 200 refuges indépendants sont "regroupés", il est vrai pour des raisons plus pratiques qu’éthiques, au sein de la CNSPA, dont, à vrai dire, bien que participant activement à la vie de l’association "Amis des Bêtes", je ne connais pas grand chose. 200 refuges ! N’est-ce pas là un énorme potentiel d’adhérents, un réservoir de bénévoles, de militants de la Protection Animale, qui s’ils arrivaient à parler d’une seule voix se feraient mieux entendre ? Ajoutons qu’il s’est créé ces dernières décennies, en plus des grandes fondations comme la FBB ou 30 millions d’Amis,  une multitude d’associations de défense animale qui se sont spécialisées : anti-corrida, PMAF, anti- chasse, anti- fourrures, associations de végés,  etc… avec toi, j’ajoute que  les français, dans leur ensemble, ne sont pas insensibles à la misère animale.

 

L’amélioration de la condition animale pourrait faire un bond en avant avec des mesures simples, par exemple, avec une application correcte des lois existantes et la suppression des dérogations qui y sont autorisées, des contrôles plus efficaces de la part des pouvoirs publics, l’adoption d’un vrai statut de l’animal faisant concrètement état de sa nature sensible. D’où viennent nos difficultés, d’où vient notre perpétuel échec ? Loin de moi l’idée de trouver des  responsables, mais j’aimerais  comprendre pourquoi notre sauce ne prend pas.

 

 Est-ce la trop grande diversité des causes à défendre, qui nous éparpille, qui nous confine à des champs d’action restreints, est-ce le  manque de moyens, monopolisant une grande part de notre attention à la gestion et à la recherche des ressources nécessaires à notre survie plutôt qu’à des luttes sur le fond. Est-ce la  trop grande distance entre les petites associations et les grandes fondations, ou encore l’agressivité des associations entre elles pour acquérir la plus grande notoriété auprès des donateurs, ou tout bêtement une surestimation de nos forces, en confondant militants et sympathisants ?

 

Les lobbyings qui nous font face semblent n’avoir eu aucun mal à se constituer, ils ont assis leur pouvoir auprès des politiques, ils règnent en maître. Ils jouent sur nos divisions, notre éparpillement, nos faiblesses, notre incapacité à nous organiser, nous aussi, en lobbying – la solution est pourtant là !*- Les mots cohésion, communication, organisation, ne sont certes pas ceux que j’aime le plus dans notre langue française, je leur préfère de loin le mot : conviction  (quoique…) mais quand je pense à la misère animale, je trouve que ces mots nous manquent vraiment.

 

Merci pour ton livre Caroline, merci pour ton investissement en faveur de la cause animale, et merci de nous avoir éclairé sur le combat que tu mènes avec ta grande société.

 

Bernard

 

* sujet souvent  débattu lors de discussions sur listes internet, de nombreuses idées ont été émises.

Commenter cet article

stephany 20/10/2009 13:16


quelle jolie plume Bernard!tant de choses bien réelles sont abordées dans votre texte.merci