Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de l'association Amis des Bêtes

Les pays chasseurs de baleines torpillent une proposition de sanctuaire

25 Octobre 2016, 17:38pm

Publié par amisdesbetes

L'#OceanWarrior fait actuellement route vers l'hémisphère sud pour rejoindre le sanctuaire baleinier antarctique. Il sera le seul allié des baleines cet hiver, face aux baleiniers japonnais.

#OpérationNemesis #SeaShepherd

www.seashepherd.fr

Les pays chasseurs de baleines torpillent une proposition de sanctuaire

 

Les pays chasseurs de baleines ont mis en échec mardi une nouvelle tentative de plusieurs nations de l'hémisphère sud de créer dans l'Atlantique un sanctuaire pour ces mammifères qui ont frôlé l'extinction au XXe siècle.

Une proposition présentée par l'Argentine, le Brésil, le Gabon, l'Afrique du Sud et l'Uruguay, qui devait recueillir une majorité de 75% pour être adoptée, n'a obtenu que 38 "oui" contre 24 "non", lors d'une réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), au grand dam des défenseurs de l'environnement.

Les principaux opposants à la proposition ont été les pays chasseurs de baleines --Japon, Norvège, Islande --, qui ont obtenu le soutien d'un certain nombre de pays d'Afrique, d'Asie et de petites îles.

AFP / Jure MAKOVEC Réunion de la Commission baleinière internationale, le 24 octobre 2016 à Portoroz, en Slovéie

"Vu tous les problèmes auxquels sont confrontées les populations de baleines après avoir été dévastées par la chasse à des fins commerciales, il est clair qu'elles ont besoin d'une zone protégée dans laquelle elles seront en mesure, non pas simplement de survivre, mais de se reconstituer et de prospérer", a déclaré John Frizell, de Greenpeace.

"Le plus décevant, c'est que ces efforts soient au bout du compte sapés par des pays membres de la CBI situés à des milliers de kilomètres, même pas dans l'hémisphère sud et même, pour certains, à l'autre bout du monde", a-t-il dit.

La proposition de sanctuaire, défendue par des pays dépendant du tourisme d'observation des baleines, a été rejetée à toutes les réunions de la CBI depuis qu'elle a été faite pour la première fois en 2001.

"Il est décevant que la proposition de sanctuaire dans l'Atlantique sud ait à nouveau été rejetée par des pays qui ont tout intérêt à tuer des baleines pour faire du profit", a déclaré Kitty Block, vice-présidente de l'organisation Humane Society International.

AFP / Jure MAKOVEC Des défenseurs de l'environnement et de la cause animale manifestent pendant la réunion de la Commission baleinière internationale, le 24 octobre 2016 à Portoroz, en Slovénie

"Les baleines ont perdu, tout comme les communautés locales, qui ont tant à gagner de l'explosion de l'écotourisme, comme l'observation durable des baleines", a-t-elle ajouté.

La proposition visait à créer un sanctuaire de 20 millions de kilomètres carrés dans l'Atlantique sud qui abrite 51 espèces de cétacés.

Selon ses partisans, 71% des quelque trois millions de baleines tuées dans le monde entre 1900 et 1999 ont été capturées dans l'hémisphère sud.

- opposition du Japon -

Les espèces les plus chassées ont été le rorqual commun, le cachalot, la baleine bleue, la baleine à bosse, le rorqual boréal et la baleine de Minke, précisent-ils.

De nombreuses populations sont toujours en train de se reconstituer grâce à un moratoire sur la chasse --sauf celle de subsistance--, entré en vigueur il y a trente ans.

La proposition stipulait qu'un sanctuaire devrait "promouvoir la biodiversité, la protection et l'utilisation non létale des ressources baleinières dans l'océan Atlantique sud".

Mais le Japon, accusé de se livrer tous les ans à la chasse commerciale sous couvert de recherche scientifique, a exprimé sa vive opposition.

Selon lui, les stocks de certaines espèces se sont suffisamment reconstitués pour qu'elles puissent être à nouveau chassées, et exclure toutes les baleines de la chasse ne se justifie pas d'un point de vue environnemental.

"L'utilisation durable des ressources marines vivantes, dont les baleines (...) est parfaitement compatible avec la protection de l'environnement", a affirmé le commissaire japonais de la CBI lundi aux délégués.

Deux sanctuaires existent actuellement, l'un dans l'océan Indien, l'autre dans l'océan Austral ou Antarctique où chasse le Japon.

Autre dossier au menu de cette réunion de cinq jours ouverte lundi: une proposition de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie prévoyant d'examiner de plus près les programmes de pêche "à des fins scientifiques", comme ceux que le Japon affirme mener.

Les représentants des pays s'efforcent de peaufiner la formulation d'un document consensuel allant dans ce sens --faute de quoi la proposition sera soumise au vote, peut-être mercredi.

Le commissaire brésilien Hermano Ribeiro a souligné lundi auprès de l'AFP qu'un sanctuaire fournirait "une certaine sécurité" aux cétacés dans l'Atlantique sud.

"On capture et tue des baleines (dans l'océan Austral). Qui peut nous dire que si la population d'une espèce particulière commence à diminuer, les chasseurs de baleines au nom de la science ne viendront pas dans l'Atlantique sud ?", demande-t-il. "Nous voulons éviter cela".

Lire la suite

Des sénateurs vont demander une commission d’enquête sur le mouvement animaliste

9 Octobre 2016, 06:37am

Publié par amisdesbetes

Par AFP — 5 octobre 2016 à 18:12 (mis à jour le 6 octobre 2016 à 14:00)

Des sénateurs vont demander une commission d’enquête sur le mouvement animaliste

Le sénateur PS Jean-Louis Carrère va demander la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le mouvement animaliste, estimant que l’État ne peut «fermer les yeux sur sa montée en puissance », a annoncé mercredi sa collègue des Landes Danielle Michel (PS).

«Je demanderai, avec de nombreux autres sénateurs, qu’une commission d’enquête parlementaire soit mise en place pour étudier la réalité de ce phénomène inquiétant dont les ramifications et le financement s’étendent dans le monde entier», a indiqué M. Carrère dans une déclaration lue par Mme Michel à l’occasion d’un colloque organisé par l’Observatoire national des cultures taurines (ONCT), avec le soutien de l’Union des villes taurines françaises (UVTF, 80 villes), sur «L’Homme et les animaux: vers un conflit de civilisation?».

lire la suite sur Libération

Lettre ouverte de Josy Borselli

 

À M. Jean-Louis Carrère, sénateur des Landes.
Monsieur le sénateur,

 

Paul Éluard disait : « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. » Force est de constater qu’il se pourrait bien que vous fussiez aller ripailler à plein ventre avec Monsieur Michel Louis, directeur du zoo d’Amnéville ! Il y a, en effet, une coincïdence pour le moins troublante entre la lettre envoyée par ce dernier à votre confrère M. le député-maire d’Aix-les-Bains et votre hallali envers les « mouvements animalistes » si poliment décriés dans sa missive.

 

Les Français vous en remercieront, Monsieur le sénateur, car cela va sans dire qu’ils sont davantage préoccupés par ces individus extrémistes qui se repaissent de légumes que par le fondamentalisme religieux, le chômage ou l’éducation de leurs enfants. À en juger par votre ton péremptoire, vous avez mesuré toute l’étendue de la menace et nous vous en rendons grâce.

 

Voyez-vous, Monsieur Carrère, si j’étais un doux ingénu, je penserais que votre anathème envers ces mouvements, prononcée à l’occasion d’un colloque organisé par l’Observatoire national des cultures taurines, ne serait qu’un malheureux concours de circonstances, de même que votre lourd passé qui ne vous classe pas parmi les plus grands défenseurs des animaux.

 

Mais voyez-vous, Monsieur le sénateur, je vous crois plus malhonnête encore que Monsieur Michel Louis car seules votre rancœur et votre profonde sottise guident vos actions. J’ose le terme : vous êtes un faquin, Monsieur Carrère. Derrière vos rodomontades digne d’un Matamore, vous esquissez un tableau fantasmé des mouvements que vous dénoncez, pour mieux vous ériger en dernier défenseur de « traditions » en péril : vous êtes sclérosé par votre conservatisme et vos grands mots trahissent votre petit esprit étriqué. Vos accointances avec les milieux de la chasse et des « cultures taurines » ne sauront rester muettes, soyez-en sûr.

 

En quoi des femmes et des hommes qui appellent à ce qu’un cochon ou un veau soit traité de même manière qu’un chien ou un chat sont inquiétants ? En quoi des femmes et des hommes qui dénoncent la cruauté du gavage sont inquiétants ?


Et qu’entendez-vous, Monsieur le sénateur, quand vous dites que : « Pays des droits de l’Homme, la France ne doit pas permettre que ceux-ci soient plus longtemps bafoués » ? Si vous sous-entendez que les mouvements de défense des animaux bafouent les droits de l’Homme, alors laissez-moi vous dire que vous n’êtes qu’un fieffé béotien.


Si vous aviez eu l’honnêteté intellectuelle de vous intéresser aux fondements philosophiques du droit animal, vous auriez découvert des théoriciens tels que Jeremy Bentham, un des pères de la pensée utilitariste — maître à penser de John Stuart Mill, on peut difficilement accuser ces deux philosophes d’avoir mis à mal les droits de l’Homme, j’espère que vous en conviendrez.


Mais votre but n’était pas de porter un regard aiguisé sur la question mais de mettre à mal ceux qui vous paraissent nuisibles, quitte à avancer des arguments fallacieux pour parvenir à vos fins.

 

Permettez-moi de vous dire, Monsieur le sénateur, que lorsque je lis les remarques éclairées de vos rustres camarades (« l’animalisme a entrepris de modifier le rapport de l’Homme aux animaux, tel que les religions, l’humanisme et le droit l’avaient établi depuis les débuts de notre histoire »), « il prend envie de marcher à quatre pattes » ! (Voltaire à Rousseau)
N’avez-vous donc pas cru utile de préciser à vos hordes de philistins que les religions, l’humanisme et le droit ont eu pendant longtemps un regard plutôt complaisant sur bon nombre de phénomènes de société aujourd’hui (presque) unanimement réprouvés ? En France, l’esclavage s’est pratiqué jusqu’en 1848, le droit de vote des femmes n’a été accordé qu’en 1944 et il leur a fallu attendre 1965 pour avoir le droit d’ouvrir un compte bancaire : de tout temps on a exigé du droit qu’il nous protège, alors que nous ne devrions lui demander que d’être juste.


Je ne vous cache donc pas qu’il y a de quoi bondir en lisant vos propos et ceux de vos séides ! Il est bien incongru de parler d’humanisme lorsque l’on s’exhorte à vivre reclus dans des schémas surannés. On est bien loin des valeurs de vulgarisation des savoirs, de tolérance, d’indépendance et d’ouverture d’esprit prônées par la théorie humaniste classique !

 

Ainsi, Monsieur Carrère, j’espère que vous aurez à cœur de montrer toute votre humanité en taillant le bout de gras avec vos amis pro-corrida (la corrida étant, comme un chacun sait, un spectacle empli de tendresse) et, en consommant un organe souffrant de stéatose hépatique, votre attachement aux valeurs que les animalistes mettent en péril.

 

Mais surtout, Monsieur le sénateur, j’espère que ces fêtes de fin d’année qui approchent vous permettront de vous guérir de votre inclination prononcée pour le mensonge et la calomnie et que vous vous y reprendrez à deux fois avant d’arguer que celles et ceux qui militent pour que les animaux soient traités de manière égale sont des adversaires des droits de l’Homme.
Pour conclure, je vous laisse méditer sur une phrase écrite il y a maintenant plus de deux cents ans par Benjamin Constant : « La multiplicité des lois flatte dans le législateur deux penchants naturels : le besoin d’agir et le plaisir de se croire nécessaire. »

 

Recevez, Monsieur le sénateur, mes salutations animalistes.

Lire la suite

RDV à l'occasion du passage du cirque Gruss à Aix-les-Bains

1 Octobre 2016, 15:35pm

Publié par amisdesbetes

Après l'annulation des RDV de cet après midi pour cause de mauvais temps sur l'esplanade du lac, nous maintenons le RDV de ce soir à 19h30 souhaitons que la météo soit favorable.

Demain dimanche 2 octobre 2016 RDV: 9h30 13h et 16h30

Consulter la liste des communes qui agissent en faveur des animaux : http://www.cirques-de-france.fr/les-communes-qui-agissent-e…

RDV à l'occasion du passage du cirque Gruss à Aix-les-Bains

Après l'annulation des RDV de cet après midi pour cause de mauvais temps sur l'esplanade du lac, nous maintenons le RDV de ce soir à 19h30 souhaitons que la météo soit favorable.

Demain dimanche RDV: 9h30 13h et 16h30

Consulter la liste des communes qui agissent en faveur des animaux : http://www.cirques-de-france.fr/les-communes-qui-agissent-e…

Lire la suite