Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de l'association Amis des Bêtes

Abattage « humanitaire », 1964 : au commencement était la loi

30 Janvier 2015, 08:39am

Publié par amisdesbetes

Abattage « humanitaire », 1964 : au commencement était la loi
Abattage « humanitaire », 1964 : au commencement était la loi

Jusqu’en 1964, les animaux de boucherie n’étaient pas étourdis avant la mise à mort. C’est Jacqueline Gilardoni, fondatrice en 1961 de l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA), qui est à l’origine de ladite pétition, laquelle a débouché sur le décret du 16 avril 1964, instaurant l’obligation d’étourdir. Et encore, pas pour tous les animaux. Ce n’est que six ans plus tard que cette obligation s’imposera également pour les volailles et les lapins. Malheureusement, dès l’origine, la loi prévoyait déjà la possibilité de ne pas étourdir en cas d’abattage rituel (casher et halal), c’est-à-dire de permettre que soit pratiqué l’égorgement en pleine conscience, donc en pleine souffrance.Depuis maintenant plusieurs années, des enquêtes de l’OABA ont révélé que la viande issue de l’abattage religieux passait couramment dans le circuit traditionnel. Pour « circonscrire l’abattage sans étourdissement », Nicolas About, président du groupe Union centriste au Sénat, avait déposé en 2010 une proposition de loi pour que la dérogation à l’étourdissement ne devienne pas une généralité. Cette proposition insistait notamment sur l’étiquetage. À quoi servirait-il? « La moindre des choses est d’informer le consommateur sur l’origine de la viande qu’il achète, et notamment sur le mode d’abattage des animaux (avec ou sans étourdissement). Or, actuellement, le consommateur achète sans le savoir et surtout sans le vouloir de la viande susceptible de provenir d’un animal égorgé selon un rite musulman ou israélite où l’animal a agonisé pendant plusieurs minutes… L’étiquetage permettra au consommateur de pouvoir exercer sa liberté de conscience », avait expliqué Frédéric Freund, actuel directeur de l’OABA. Cet étiquetage du mode d’abattage a été voté par le Parlement européen le 16 juin dernier 2010 : « L’abattage sans étourdissement (comme l’exigent les traditions religieuses musulmanes ou israélites) devra également être signalé [amendement n° 205, adopté à une très large majorité]. »

Brice Hortefeux, alors ministre de l’Intérieur de la droite dure du président Nicolas Sarkozy, très respectueux de la démocratie, comme vous allez le constater, avait alors déclaré, le 6 septembre dernier 2010, à la synagogue de la Victoire, à Paris : « Vous pouvez compter sur ma mobilisation et celle des députés français au Parlement européen pour que le projet n’aboutisse pas. » Aujourd’hui, plus de quatre ans plus tard, la gauche « généreuse et progressiste », ainsi que l’appelait Cavanna de ses vœux, est au pouvoir depuis mai 2012 — bientôt trois ans. Un étiquetage est effectivement présent depuis peu. Mais il concerne… les différents morceaux de viande. Sur ces étiquettes, toujours pas la moindre mention sur les méthodes d’abattage, classique ou rituel, comme le demandent, depuis maintenant des années, les associations de protection animale, et notamment l’OABA , qui donne ces chiffres : l’abattage rituel (casher et halal) concerne 62 % des ovins au minimum et 28 % des bovins, dont 43 % des veaux — égorgés en toute conscience.

L’objectif est l’étourdissement pour TOUS les animaux dits « de boucherie » ! Et, mieux encore, de ne plus manger d’animaux (végétarisme) ni de produits dérivant d’animaux (végétalisme) — et d’être en bonne santé, c’est possible!

Quant à ceux qui raillent les végétariens en leur opposant le fameux « cri de la carotte », je rassure leur profonde sensibilité envers la Daucus carota : elle ne sent, elle, vraiment rien quand le couteau tranche ses fanes.
Luce Lapin

 

Lire la suite

Statut juridique de l'animal : communiqué de L214

29 Janvier 2015, 07:56am

Publié par amisdesbetes

Statut juridique de l'animal : communiqué de L214

Nouveau statut des animaux : la promesse d’une révolution

L’Assemblée nationale au rendez-vous

La disposition de loi reconnaissant que les animaux sont des êtres sensibles vient d’être définitivement validée par l’Assemblée nationale aujourd’hui, mercredi 28 janvier 2015. Elle avait été rejetée par le Sénat la semaine dernière.
L214 salue ce vote et espère que cette avancée juridique permettra de relancer le débat public sur la place accordée aux animaux dans notre société.

Cette reconnaissance juridique n’aura, pour l’heure, pas de conséquences pratiques sur le traitement des animaux. Ils seront toujours exploités et soumis aux mêmes traitements cruels qu’auparavant. Or, cet amendement devrait conduire d’ores et déjà à interdire les pratiques les plus préjudiciables aux animaux, comme l’élevage des poules pondeuses en batterie, les élevages industriels géants (“1000 vaches”, “250000 poules”, “1000 veaux”, “3000 cochons”), le gavage des palmipèdes, les longs transports d’animaux, l’abattage sans étourdissement, la corrida… La route sera longue !

Brigitte Gothière, porte-parole de l’association, déclare : « Il est plus que temps de prendre au sérieux la sensibilité des animaux et d’en tirer les conséquences sur nos pratiques d’élevage ou de consommation. Nous souhaitons progresser vers un monde sans exploitation où l’on considérerait les animaux comme des habitants de la Terre au même titre que nous et non comme des machines. C’est la promesse d’une révolution. »

Contacts presse :
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84

 

 

 A propos de L214

L214 est une organisation de défense des animaux centrée sur les animaux utilisés dans la consommation alimentaire (viande, lait, œufs, poisson). Elle articule son travail sur 3 axes complémentaires :

  • Rendre compte de la réalité des pratiques les plus répandues, les faire évoluer par des campagnes d’information et de sensibilisation. Repérer et tenter de faire sanctionner les pratiques illégales par des actions en justice. Travailler à l’évolution de la réglementation.
  • Démontrer l’impact négatif de la consommation de produits animaux (terrestres ou aquatiques) et proposer des alternatives : diminution de la consommation, refus des produits issus de l’élevage intensif et promotion de l’alimentation végétarienne.
  • Nourrir le débat public autour de la place accordée aux animaux.
L214 a, entre autres, révélé les conditions de mise à mort des poussins dans un couvoir breton, des conditions d'élevage et de mise à mort des lapins et des poules pondeuses. L214 est à l'origine de la décision de Monoprix de retirer les oeufs des batterie pour sa marque propre.
Notre site !      Contre le foie-gras et son gavage !      L'impact de la viande sur viande.info

Lire la suite

Vidéo de la Végan Place, c'était à Paris le 24 janvier 2015

26 Janvier 2015, 11:01am

Publié par amisdesbetes

Lire la suite

Opération IceFish: qu'est ce qui se joue en Antarctique avec la légine australe?

26 Janvier 2015, 10:15am

Publié par amisdesbetes

La légine australe (Dissostichus eleginoides) est une espèce de poissons des mers froides australes à forte valeur commerciale, appréciée pour sa chair blanche et fondante. C'est une espèce carnassière, qui peut atteindre une assez belle taille (plus de 2 m et plus de 80 kg) et vivre au-delà de 35 ans. Son mode de vie est essentiellement démersal : la légine vit généralement près du fond, depuis les faibles profondeurs jusqu'à plus de 2 000 m. La pêche et la consommation de ce poisson sont très récentes et ne datent que des années 1990, mais l'engouement commercial très vif a entraîné un braconnage important. On trouve la légine australe sur les plateaux sous-marins et autour des îles des régions subantarctiques. (wikipédia) Au début des années 90, l’importance de l’espèce pour la pêcherie n’a fait que s’amplifier. Mais cet attrait pour la Légine a aussi entraîné une pêche illégale qui a atteint, même dépassé certaines années, plus de 3 fois le nombre permis de captures légales! Des mesures de conservation ont évidemment été prises, mais cette pêche illégale s’est développée avec une détermination rarement vue dans une activité économique comme la pêche.

 

la pêche à la légine est depuis des années l'objet d'un braconnage incontrôlé. Et pour cause, la valeur marchande de ce poisson ne cesse de croître.  

La campagne de Sea Shepherd : actualités Sea Shepherd

Sea Shepherd aurait pu penser que la  Nouvelle Zélande  aurait le courage d’affronter une bande de pirates de haute mer, mais la réponse a été bien décevante.  L'intervention des néo-zélandais s'est bornée à des interceptions qui n'ont aboutit à aucune arrestation.

"Je ne peux pas dire que cela me surprenne, je crois qu’on pouvait s’attendre à cette attitude de la part du gouvernement. Mais Sea Shepherd ira de l’avant malgré tout, nous affronterons ces navires et nous les ferons cesser leurs opérations." a déclaré le capitaine Chakravarty commandant le Sam Simon de Sea Shepherd "il en a toujours été ainsi".

 

Les faits sont parlants. Les trois navires braconniers découverts par la marine néo-zélandaise sont fichés par Interpol comme clairement illégaux. Le Wellington, navire néo-zélandais,a été envoyé dans l’océan Austral pour patrouiller et rechercher des bateaux de pêche illégaux. Ils les ont trouvés. Alors à quoi sert de rechercher des braconniers, puis de trouver les braconniers, si c’est pour les laisser braconner?

Les braconniers n’ont même pas fait mine d’arrêter de pêcher après avoir été repérés par le Wellington. Ils n’ont tenu absolument aucun compte de la marine néo-zélandaise et ils ont continué à braconner la légine. e commandant Mac Lean s’est mis à se lamenter auprès des médias sur les mauvaises conditions de mer, le froid et les dangers potentiels.

 

Le fait que le commandant néo-zélandais du Mac Lean ait décrit l'opération néo-zélandaise comme un succès  est ridicule. Il essaie peut-être de convaincre le public que son intervention a été un succès  mais en réalité ce fut un échec lâche et pathétique.

Ces trois navires vont ramasser des centaines de tonnes de légines dans des eaux qui sont supposées être sous la protection de la Nouvelle Zélande, et la marine de celle-ci les laisse faire.  Ce que ces braconniers ont démontré, c’est que la marine est complètement impuissante. Ils le savent, la marine le sait, et le public le sait aussi. Pendant ce temps, les "gens comme Sea Shepherd" ont fait cesser une opération de braconnage, confisqué plus de 60 kilomètres de filet maillant, et privé le navire nigérian Thunder de millions de dollars de profits. Sea Shepherd s’active à présent pour mettre hors d’état de nuire les trois braconniers que la marine néo-zélandaise a laissé partir.

 

Et cela, Sea Shepherd le fait sans toucher le moindre dollar d’argent public de la Nouvelle Zélande ni de l’Australie, tout en étant l’objet du dédain, de la critique voire du harcèlement de ces deux gouvernements. Sea Shepherd s’attend aussi à ce que son succès dans l’océan Austral entraîne encore plus de harcèlement lors du retour de ses navires au port, avec cette accusation ridicule que, en remontant les filets abandonnés, Sea Shepherd pourrait se voir inculpé de "pêche illégale".

Si les navires de Sea Shepherd, sans armes et avec un équipage de volontaires, peuvent faire cesser une opération de braconnage, confisquer du matériel et priver les braconniers de leurs prises, les navires armés et mieux équipés de la marine pourraient en faire autant bien plus facilement, à condition qu’ils le veuillent.

Le fait est qu’ils n’ont ni la volonté, ni l’envie de protéger l’intégrité écologique de l’océan Austral, et aucune justification du ministre des Affaires Etrangères Murray Mc Cully ni du commandant Mc Lean ne réussiront à  convaincre qu’ils ont sérieusement l’intention de s’attaquer au problème.

 

Opération IceFish: qu'est ce qui se joue en Antarctique avec la légine australe?

Lire la suite

1600 singes pour les labos

25 Janvier 2015, 08:50am

Publié par amisdesbetes

Article complet sur Planète animaux

C'est en Alsace, le ministère de l'agriculture autorise un élevage de 1600 singes destinés aux laboratoires

 

La députée UMP Arlette Grosskot avait interrogé, en décembre 2014, le gouvernement à propos de l’élevage de primates installé à Niederhausbergen afin de contester son agrandissement, qui lui permettra d’accueillir 1600 singes (au lieu de 800 actuellement). « Un nombre croissant de citoyens s’opposent à cette extension pour des raisons scientifiques, écologiques et éthiques. (…) De plus, cette extension est en contradiction avec la règle des « 3 R » de l’Union européenne (réduction, raffinement, remplacement de l’expérimentation animale) confirmée par la directive 2010/63/UE, imposant aux gouvernements de l’Union de réduire le nombre d’animaux employés dans les laboratoires mais également de mettre en place des alternatives à l’expérimentation animale. Enfin sur le plan éthique, les souffrances infligées aux primates, animaux sensibles, interpellent de plus en plus nos concitoyens, cela d’autant plus que de nombreuses études scientifiques et éthologiques témoignent de l’étendue des capacités sociales et cognitives des primates et des animaux en général », s’était-elle inquiétée.

 

« Les avantages escomptés doivent l’emporter sur les préjudices causés aux animaux »

 

Le 6 janvier dernier, le ministère de l’Agriculture lui a répondu par écrit, lui indiquant que « les conditions d’autorisation des établissements hébergeant des primates relèvent du code de l’environnement et de ses prescriptions relatives à la détention des animaux non domestiques (…) l’élevage mentionné a dûment été autorisé en juillet 2014 par arrêté préfectoral », lui précisant également que le site de Niederhausbergen réalisait des recherches sur « la recherche médicale humaine » et « les essais d’activité d’efficacité ou de toxicité des médicaments et d’autres substances biologiques et chimiques » ; tout en ajoutant que « les avantages escomptés doivent l’emporter sur les préjudices causés aux animaux », mais aussi que « l’établissement mentionné est ainsi inspecté annuellement au titre de la protection animale et les contrôles qui y ont été effectués n’ont pas mis en évidence de non conformité dans ce domaine »

 

Pourquoi s'opposer à ce projet : voir le site de Proanima

1600 singes pour les labos

Lire la suite

Le CRAC Europe repart dans la bataille de l'abolition

20 Janvier 2015, 10:16am

Publié par amisdesbetes

Le CRAC Europe repart dans la bataille de l'abolition
COMMUNIQUE du CRAC Europe

Chers amis de combat,

2014 fut une nouvelle année exceptionnelle dans la lutte pour l’abolition de la barbarie des arènes grâce notamment à la multiplication des actions citoyennes : 45! Si l’on ajoute la contribution des associations, cela fait près de 55 manifestations devant les lieux de torture des 11 départements du sud de la France.

Fin 2014, les représentants de l’État, l’aficionado Valls en tête, ont initié une nouvelle stratégie : infliger des amendes (60 euros pour commencer) à chaque participant identifié des actions citoyennes non déclarées, et donc considérées comme ne respectant pas les arrêtés municipaux en vigueur. Alerté par des militants, le CRAC Europe s’est mis à la disposition de ces derniers pour contester ces amendes devant les tribunaux. La procédure a été déposée devant le tribunal de Dax début janvier 2015. Rappelons que grâce au FLAC 66 deux arrêtés abusifs ont été cassés à Céret et à Millas fin 2014, idem à Captieux en 2013 grâce à l’action de L214, et à Vic-Fezensac en juin 2014 suite à l’action du CRAC Europe (retrait d’un arrêté abusif du maire la veille du procès en référé!).

Pour poursuivre et intensifier la lutte, il semble nécessaire de changer de stratégie. Le CRAC Europe propose à toutes les associations qui se sentent concernées, à toutes les citoyennes et citoyens « spécialistes » des actions citoyennes de se réunir rapidement pour discuter de la suite des actions. L’objectif étant de se répartir les 67 villes et villages de sang (une centaine de corridas et novilladas dans l’année) pour que, pour la première année, il y ait des manifestations absolument partout. Afin d’éviter les amendes, nous proposons de déclarer toutes les manifestations.

Ce n’est bien entendu qu’une proposition et chacun choisira sa façon d’agir, cela va de soi. Le CRAC Europe propose juste d’en discuter à toutes celles et ceux qui seraient disposés à codéclarer des manifestations. Rappelons qu’il faut fournir trois noms de responsables pour chaque manifestation.

Nous vous proposons une première réunion « Sud-Ouest » à Pau samedi 31 janvier 2015 à 14 heures  et une réunion « Sud-Est » à Montpellier samedi 7 février 2015 à 14 heures. Le lieu exact sera communiqué aux seuls participants qui auront contacté le CRAC Europe pour s’inscrire : craceurope@gmail.com (merci de préciser si vous venez à Pau ou à Montpellier). Si le nombre de participants est insuffisant, les réunions seront annulées. Venez nombreux! Ensemble pour les taureaux, chacun gardant son identité et son libre arbitre. Nous le répétons, c’est une proposition pour être toutes et tous plus efficaces et occuper tout le territoire.

Merci de rediffuser ce message au maximum, et merci pour vos réponses!

B7txO0-CUAE-eOF-300x111

Bien à vous.
Pour le CRAC Europe pour la protection de l’enfance,
Jean-Pierre Garrigues
Président

P.-S. Nous pensions diffuser ce message bien avant le début de la temporada, qui était censée démarrer à Magesq le 15 février. Nous venons d’apprendre qu’une séance de torture d’un jeune taureau est programmée à Vic-Fezensac ce dimanche 25 janvier à 11 heures. Nous venons donc de déclarer une première manifestation, afin de ne rien laisser passer. Venez nombreux !

Lire la suite

Découvrez la marque AOSTE et sa pub antivégétarisme

18 Janvier 2015, 08:15am

Publié par amisdesbetes

Une publicité télévisuelle de la marque AOSTE (L'usine de charcuteries située à la limite de notre département) présente une famille végétarienne/lienne comme étant marginale au point d'imposer aux enfants une insupportable pratique ascétique.

Actuellement cette publicité fait débat sur le net. Que l'on soit favorable, ou pas, à la pratique du végétarisme/lisme, il me semble important de ne pas laisser en dévaloriser l'image.

Les valeurs que porte le végéta*isme en faveur de la lutte contre la souffrance animale ne sont pas à démontrer, d'autre part la cuisine végéta*ienne, pour la connaître depuis longtemps est d'une richesse remarquable et ne souffre vraiment d'aucun complexe. J'invite les lecteurs de ce blog à en découvrir sa variété et ses surprises. De nombreux sites en révèlent la splendeur.

Dans la pub le végétarisme de la famille entraîne un tel sentiment de "privation" de l'ado qu'il en vient à pleurer en goutant la tranche cellophanée de jambon AOSTE, image faussée et mensongère pour faire consommer un produit dont la qualité nutritionnelle n'est pas démontrée, mais dont la production exige une grande souffrance animale en aval.

C'est pourquoi je propose en réponse à cette publicité négative, la diffusion et le partage de cette image caricaturale qui circule sur les réseaux.

 

 Découvrez la marque AOSTE et sa pub antivégétarisme

Lire la suite

LILA : la mascotte de CHARLIE HEBDO

14 Janvier 2015, 17:57pm

Publié par amisdesbetes

LILA : la mascotte de CHARLIE HEBDO

article de 30millions d'amis

Le petit cocker de l’un des membres de la rédaction de Charlie Hebdo, Lila, a assisté à la tuerie perpétrée à l’encontre de la rédaction du journal satirique. La petite chienne est devenue la mascotte de l’hebdomadaire.

Ce mercredi 14 janvier 2015, le nouveau numéro de l’hebdomadaire Charlie Hebdo est paru. Le premier numéro réalisé par les survivants des attentats sanglants survenus le 7 janvier dernier à Paris, et au cours desquels 12 personnes ont trouvé la mort.

Dans ce numéro très particulier, où se mêlent l’humour, la colère et les larmes, on peut lire un texte de la chroniqueuse judiciaire Sigolène Vinson qui a réchappé miraculeusement au massacre : « A Charlie, nous avons un chien, un cocker roux qui s’appelle Lila. Bon, en vrai, il n’est pas à nous tous, seulement à Eric. Dans l’équipe, c’est Cabu qu’il préfère ». Souvent muni de jambon et de gâteaux, le dessinateur emblématique de Charlie Hebdo et âgé de 76 ans gardait toujours un petit quelque chose pour cette compagne à poils qui assiste assidûment aux conférences de rédaction.

Cet hommage est dédié à Lila, qui a assisté à la tuerie. « A Charlie, nous avons un chien, un cocker roux qui nous signale que c’est bon, nous pouvons maintenant nous relever, ils sont partis » conclut la jeune femme dans ce très beau texte intitulé « A pas de chien », à découvrir dans le numéro 1178.

Lila est désormais la mascotte de cette rédaction endeuillée, dont les combats se poursuivront.

Lire la suite

André VIARD et Charlie Hebdo

14 Janvier 2015, 07:15am

Publié par amisdesbetes

Article du COVAC : Collectif des Vétérinaires pour l'Abolition de la Corrida

Le porte-parole de la corrida en France, André Viard, a commis publiquement un sidérant dérapage.

André Viard

Charlie Hebdo a toujours été opposé à la corrida, et ses dessinateurs ne se privaient pas de le faire savoir.

Bien entendu, ceci n'a rien à voir avec les raisons du massacre du mercredi 7 janvier 2015.

Tous les Français, et tous les citoyens civilisés du monde, se sont rejoints pour condamner cette tuerie.

En la circonstance, conscients de vivre une situation où l'ensemble des républicains doivent faire front, les partisans de la corrida avaient donc presque tous choisi de mettre ce clivage de côté.

Presque tous, sauf un.

Et pas n'importe qui : celui qui se présente comme le porte-parole de la corrida en France, André Viard.

Il s'agit du responsable de la revue et du website Terres Taurines, et surtout du président de l'Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT), l'association qui se targue d'être à l'origine de l'inscription de la corrida à l'inventaire français du patrimoine culturel immatériel.

C'est sur le compte twitter de Tierras Taurinas, le site hispanophone de Terres Taurines, qu'il s'est exprimé le vendredi 9 janvier 2014 en début de journée :

Si vous comprenez l'espagnol, vous avez bien lu.

Deux terroristes ont abattu douze personnes au fusil d'assaut en plein Paris, suscitant l'effroi de la communauté nationale et internationale, et, alors qu'ils étaient encore en fuite, le président de l'Observatoire National des Cultures Taurines écrit :

 

« Charlie est le journal le plus violent qu'il y a eu en France.

   Par exemple, son œuvre antitaurine.

   anticorrida.com

   Je ne suis pas Charlie. »

La presse régionale s'en est émue.

André Viard confirmait sur sa page Facebook à un aficionado s'indignant de cette déclaration :

« C’est vous qui ne comprenez rien. Libre à vous de bêler avec le troupeau avec ces “Je suis Charly” ridicules répétés par des gens qui les méprisaient pour leur violence récurrente. Cette violence qui en appelle d’autres mais que l’on voudrait aujourd’hui faire passer pour de la liberté. Or, la liberté est elle aussi de choisir les valeurs auxquelles on adhère : la bêtise méchante revendiquée par ce journal ne fait pas partie des miennes, ni leur islamophobie galopante. Soyez donc indigné, mais pour de bonnes raisons. »

Bien sûr, rappelé à l'ordre par des collaborateurs de l'ONCT disposant de quelques neurones de plus que lui (le contraire serait difficile à trouver), André Viard a rétropédalé dans la semoule, le lendemain sur son compte Twitter, puis le surlendemain par un communiqué. Entre-temps l'Observatoire National des Cultures Taurines avait publié en catastrophe un communiqué assurant Charlie de son soutien...

Mais la déclaration initiale abjecte du président de l'ONCT lui collera dorénavant à la peau.

Et à la peau de ceux que se réclameront de lui.

Lire la suite

Nous sommes Charlie

12 Janvier 2015, 15:11pm

Publié par amisdesbetes

Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie
Nous sommes Charlie

Lire la suite

1 2 > >>