Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de l'association Amis des Bêtes

Soirée "Les ravages de la viande industrielle".

31 Mars 2014, 15:08pm

Publié par amisdesbetes

Affiche 11 avril(1)

 

Bonjour.

Je vous joins pour information et diffusion dans vos réseaux si vous le jugez utile, une affiche de présentation de la soirée du 11 avril 2014 que j'aurai le plaisir d'animer.
Cette soirée comprendra 3 parties:
. projection d'un documentaire ARTE "La fin du steak".
. conférence/diaporama "Les ravages de la viande industrielle".
. Débat...
sans oublier  le traditionnel verre de l'amitié pour clôturer la soirée.
ATTENTION: la soirée commencera à 20h30 précises.

Cordialement.

Gérard Brisoux

Soirée "Les ravages de la viande industrielle".

Lire la suite

Contre l'abattage rituel

30 Mars 2014, 16:02pm

Publié par amisdesbetes

29 mars 2014 - Le collectif NARG, soutenu par la Fondation Brigitte Bardot, organisait une nouvelle manifestation contre l'abattage sans étourdissement préalable...

abattage rituel site de la FBB

 

  guéret2

Guéret: 600 personnes ont défilé samedi contre l'abattage sans étourdissement à l'appel du NARG

Malgré l'annonce il y a dix jours de l'abandon du projet d'abattoir mixte rituel (halal et kasher) et local de Guéret, le collectif NARG a maintenu son appel à manifester contre l'abattage des animaux sans étourdissement. 600 personnes ont défilé ce samedi après-midi dans la préfecture creusoise.

guéret

Le collectif NARG affirme que  "cet événement sera l’occasion de lancer officiellement notre campagne auprès de Bruxelles et du gouvernement. (...) les abattoirs mixtes se multipliant à vitesse grand V, nous faisons le choix de régler le problème à la source: faire pression sur le gouvernement pour qu’il légifère en faveur de l’obligation d’étourdissement préalable et auprès de Bruxelles pour l’obligation d’étiquetage des viandes selon le mode d’abattage"

guéret3

Lire la suite

Belle histoire

28 Mars 2014, 10:11am

Publié par amisdesbetes

 

Histoire d'un curieux  sauvetage...


Les histoires de pêche sont parfois difficiles à croire, celle ci semble vraie, les photos du pêcheur n'ont pas l'air truqées.


  Tom Satre a dit au journal Sitka qu'il était avec un groupe de pêcheurs sur un bateau de 62 pieds quand 4 jeunes daims à la queue noire ont nagé directement vers son bateau. Il coupa les gaz et les attendit..., juste pour voir !

image00111


Dès que les daims rattrapèrent le bateau, ils l'ont encerclé et nous ont regardé directement... Visiblement, ils avaient besoin d'aide. J'ai ouvert le portillon du plat-bord où on accroche habituellement la passerelle quand nous sommes à quai, et nous avons aidé les animaux craintifs à monter sur le bateau. Jamais de ma vie de pêcheur je n'avais vu ou entendu parler d'une chose  pareille !!!

image00222


Ces  photos du sauvetage montrent bien les bêtes sur le pont arrière du bateau. Nous étions en route vers Taku Harbor (sur la rive ouest de l'Alaska). Une fois arrivés au dock, le premier daim que nous avions retiré de l'eau s'est retourné comme sil voulait nous dire «MERCI», puis il a disparu vers les bois situés pas loin derrière le port.
  Après quelques câlins... et un peu d'aide, deux autres bêtes l'ont suivi... mais le plus petit a eu besoin d'un coup d'pouce

 


Ça, c’est moi qui l'ai chargé dans une brouette pour lui faire faire un bout d'chemin...

image00333


Étrange histoire ! Nous n'avons jamais su depuis combien de temps les animaux étaient dans cette eau glaciale, ni ce qu'ils fuyaient. Nous n'avons pas su non plus s’ils étaient accompagnés d'autres animaux qui n'auraient pas survécu. 


image00444 Plus tard, ma fille ma dit qu’elle n'oubliera jamais cette expérience. Tous les gars qui étaient à bord ne l'oublieront pas non plus! Et si les daims ont de la mémoire... ils s'en  rappelleront eux aussi !



  Belle aventure !

Lire la suite

Victoire pour Gérald garde forestier et sa biche

25 Mars 2014, 14:56pm

Publié par amisdesbetes

Comme quoi une pétition peut être parfois utile


biche

 

Gérald Jovelin, garde-forestier de 74 ans d'un parc de Grosley-sur-Risle, a domestiqué trois animaux de la foret : une biche, Bambi, son fils le cerf Titi et un bébé chevreuil : Kiki.

En 2011, « quelqu’un a déposé cette biche, toute jeune, à l’entrée du parc, elle était dans un carton », explique Gérald Jovelin, 74 ans, garde-forestier de ce bois de trente hectares, depuis douze ans. Au fil du temps, un lien s’est créé entre l’homme et l’animal. Chaque matin, la grille à peine franchie, « elle vient me chercher et me fait un câlin. Elle me dit bonjour », raconte le septuagénaire en caressant Bambi.

  Les trois cervidés adoptés par le garde forestier auraient du disparaître : « j’ignore pourquoi, mais on veut me les enlever », assure Gérald Jovelin. Une injonction qui viendrait de l’Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCF) gérée par la DDTM (direction départementale des territoires et de la mer).

Le parc qui appartient à un particulier est à vendre. Est-ce pour cette raison que les trois animaux doivent partir ? « On veut les placer dans des parcs à Rambouillet ou je ne sais où… Mais ils sont bien ici », tempête le septuagénaire. La fédération des chasseurs de l’Eure, par la voix de son directeur, affirme « ne voir aucun inconvénient à ce que le garde-forestier conserve ses trois cervidés ». La DDTM, que nous avons contactée, n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet : « une procédure est en cours ». Reste que le garde forestier a décidé de ne pas se laisser faire car, dit-il, ému : « ces animaux sont toute ma vie. »

Publiée par Paris-Normandie

 

VICTOIRE : Pour que ce garde-forestier garde sa biche !
Suite à la large mobilisation, une personne a proposé à Gérald de mettre les 3 cervidés dans le parc d’un château de 150 hectares. Il se trouve à 4 km du domicile du garde-forestier. Gérald pourra continuer à venir les voir tous les jours. Et pour être dans les règles, il va faire faire tous les vaccins et prises de sang nécessaires à Bambi Kiki et Titi. Merci aux +31.200 signataires de la pétition en faveur de gérald et sa biche!

Lire la suite

Procès Jean-Pierre Garrigues, Christophe Marie, Jean-Marc Montegnies

21 Mars 2014, 15:21pm

Publié par amisdesbetes

Animaux en péril (Belgique)

La justice française poursuit le Président d’Animaux en Péril pour les actions menées contre la corrida

img-news-gauche

 

21 mars 2014 

Ce jeudi 20 mars 2014, Jean-Marc Montegnies, président d’Animaux en Péril, a pris connaissance de sa citation à comparaître devant le tribunal de Grande Instance de Dax. Il est poursuivi pour trois chefs d’accusation.

 

 

Une qualification des faits plus que douteuse

 

Les délits retenus à charge de Jean-Marc Montegnies sont au nombre de trois:

 

Les peines encourues pour ces faits peuvent aller jusqu’à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende!

 

Le président du CRAC Europe Jean-Pierre Garrigues et le directeur de la Fondation Brigitte Bardot Christophe Marie sont poursuivis pour les mêmes délits.

 

Une volonté de décapiter le mouvement 

La qualification surréaliste des faits n’est pas anodine et les associations de protection des animaux ne sont pas dupes. Il ne fait maintenant plus aucun doute que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls - grand aficionado ouvertement déclaré - a utilisé son pouvoir d’injonction pour mettre à terre les opposants à la corrida.

 

La preuve la plus flagrante de ce qui précède est que les enquêteurs de la Gendarmerie de Dax (qui ont auditionné longuement les trois prévenus) étaient assistés par la cellule «Section extrémismes violents et analyse transverse» de la direction générale de la Gendarmerie, une cellule sous les ordres directs de Manuel Valls.

 

En outre, le même ministre se vantait dans les colonnes du Midi Libre, paru le 18 septembre 2012, d’avoir la capacité de bloquer toute initiative parlementaire sur le sujet. Dernièrement, son administration donnait de plus des garanties «de maintien de l’ordre» aux maires des villes taurines. 

Les faits, rien que les faits 

Si les représentants d’Animaux en Péril, du CRAC et de la Fondation Brigitte Bardot ne peuvent évidemment nier l’organisation de l’événement (la revendication a toujours été claire), ils rejettent en bloc tous les autres chefs d’accusation. Aucun des activistes appartenant à l’une des trois associations ne s’est rendu coupable de la moindre violence. 

Des blessés toujours dans le même camp 

La manifestation de Rion-des-Landes se voulait une action pacifique dont le mot d’ordre était de créer une chaîne humaine au milieu de cet antre de la torture. Une fois encore, les seuls blessés se trouvaient dans les rangs des militants. Plusieurs manifestants ont été hospitalisés en urgence suite à des violences policières. Agressé par un aficionado, un activiste a même dû être héliporté, plongé dans le coma. 

Deux poids, deux mesures 

Ce lundi 24 mars 2014, va donc débuter le procès des responsables des trois associations, dont le seul crime a été d’essayer de faire obstruction au massacre de plusieurs bovins devant un public avide de cruauté envers les animaux. L’action remonte à un peu plus de six mois aujourd’hui.

 

Il y a deux ans et demi, des dizaines d’aficionados ont littéralement lynché près de cent militants, qui avaient envahi l’arène de Rodilhan en vue d’empêcher une novillada (corrida de jeunes taureaux). L’association Animaux en Péril, le CRAC et la Fondation Brigitte Bardot y ont déploré de nombreux blessés graves parmi leurs membres. Des jeunes femmes ont également subi des attouchements sexuels. Une militante a même été déshabillée. Nos activistes n’ont pas riposté, malgré les coups portés. À ce jour, aucune date pour le procès des agresseurs n’est encore annoncée… Cherchez l’erreur! 

Le mouvement est en marche, rien ne l’arrêtera 

Pour les enquêteurs, Jean-Pierre Garrigues, Jean-Marc Montegnies et Christophe Marie sont des terroristes. Le Parquet de Dax estime qu’ils représentent des individus violents, capables de mettre en danger autrui avec un risque de mort immédiat. Quant au ministre français de l’Intérieur, il semble déterminé à mettre ces individus hors d’état de nuire.

 

Les responsables des associations souhaitent adresser un message à Monsieur Valls: Vous pouvez nous harceler, nous affaiblir, nous ruiner, nous frapper, nous enfermer… Mais sachez qu’il y aura toujours quelqu’un pour ramasser la bannière et poursuivre le combat car, comme le dit si bien Jérôme Lescure, «on ne passe pas les menottes à une idée». 

Question de temps… 

Le procès se présente clairement comme une affaire politique. Tout le monde l’a compris. Le gouvernement français s’obstine à protéger une culture immonde et totalement isolée, puisque la corrida n’est autorisée que dans le sud de la France. Des élus bien placés bloquent toute initiative de débat parlementaire sur le sujet, alors que l’écrasante majorité des Français s’opposent au maintien de ces spectacles.

 

La corrida est moribonde, il ne lui manque plus que l’estocade.

 

Animaux en Péril

Lire la suite

Lettre ouverte de Henry-Jean Servat

20 Mars 2014, 09:02am

Publié par amisdesbetes

Lettre ouverte de Henry-Jean Servat. Soutien à Jean-Pierre Garrigues et Christophe Marie

20 mars 2014, 05:45 

 

 

La corrida, personne ne peut nier cette évidence, relève aujourd’hui du domaine de l’horreur et de la souffrance. Pour qui rêve de paix et d’harmonie, de beauté et de sérénité, la vision de malheureuses bêtes herbivores, souvent trafiquées et sorties de leur milieu naturel, trouées de piques et de lances, pissant le sang par des plaies et par la bouche ouverte, hagardes, agonisantes,suscite la nausée et soulève le cœur. Quelqu’un peut-il,lucidement, prétendre ne pas avoir envie de détourner les yeux, de pleurer ou de vomir face à d’aussi épouvantables horreurs qui ne correspondent à rien ?

La corrida n’a, en effet, strictement rien à voir avec la culture française, la vie des hommes et la grandeur des âmes. Importée  d’Espagne où, après avoir été abolie, elle fut restaurée par le sanglant dictateur Franco, elle ne correspond à aucune tradition,à aucun héritage, sinon à ceux de la douleur, de la cruauté, de l’ignominie.

Dans la France de 2014 qui se veut terre de Libertés et de Culture, il est du devoir moral, intellectuel, civique, artistique de tout un chacun non seulement de refuser ces horreurs rétrogrades, ridicules et démodées mais de lutter pour un monde d’harmonie respectantes êtres vivants. Le citoyen ne peut plus, aujourd’hui, accepter passivement ces agressions qui, génératrices de violences,ensanglantent un pays et qui déshonorent une région. L’être humain est fait de passions et de désirs. Comment, donc, ne pas être submergé d’écoeurement et d’indignation face à un tel mépris de la vie, un tel étalage de sadisme et de telles coulées de sang ?

Jean-Pierre Garrigues, Président du CRAC Europe, et Christophe Marie, directeur du bureau de la Protection animale et porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, sont, comme des millions de Français, écoeurés et indignés face à cette horreur anachronique et sanguinolente,cette pitrerie macabre, hideuse et honteuse qui s’appelle corrida. Ils l’ont dit, ils l’ont crié avec leurs mots, leur force, leur dignité, leur honneur. Ils ont eu raison. J’aurais fait de même.Des millions de Français font de même.

La France est un pays de libre expression. Comment croire qu’on peut y torturer impunément des animaux et ne choquer personne, ne heurter aucune sensibilité, ne violenter aucune conscience ? A ces deux inculpés, je tiens donc à apporter publiquement mon plein soutien et ma totale amitié et clamer qu’ils me réconcilient, comme quantités d’autres militants de la cause animale, avec le genre humain. La corrida génère le désordre et la virulence, la bestialité et le dégoût. Rester impassible face à cette vilenie est évidemment impossible. Je remercie Jean-Pierre Garrigues et Christophe Marie de nous rendre notre dignité face à l’inqualifiable et je souhaite que les juges le comprennent.Pleinement et justement.

Henry-Jean Servat

Journaliste,écrivain.

Lire la suite

Non à la chasse en boîte

15 Mars 2014, 06:57am

Publié par amisdesbetes

Des manifestations sont prévues dans plusieurs capitales du monde, dont Bruxelles, à l’occasion de la marche mondiale contre la "chasse en boîte", qui aura lieu le 15 mars

 

Des lions vendus pour être abattus

 

Chaque année, de riches touristes venus d’Europe ou des Etats-Unis sont prêts à payer plusieurs milliers d’euros pour avoir la garantie de tuer un lion et de ramener chez eux une partie de sa dépouille.

 

Ces chasseurs de trophées sont attirés par la facilité de cette chasse et par son prix. Selon Patrick Barkham, parti enquêter dans une de ces immenses propriétés d’Afrique du Sud où sont élevés pour la chasse des lions, des springboks et des crocodiles, un lion sauvage abattu lors d’un safari en Tanzanie peut coûter 50.000 livres sterling (60.725 euros), contre 5.000 livres sterling (6.072 euros) pour un spécimen élevé en captivité en Afrique du Sud.

 

Pour répondre à cette demande et à celle de la médecine traditionnelle asiatique, friande d’os de lions depuis que la vente d’os de tigres est interdite – en 2009, "seulement" cinq squelettes de lions avaient été exportés d'Afrique du Sud au Laos, contre 496 en 2011 –, des fermes de plus en plus nombreuses font naître des lionceaux qui une fois adultes, seront vendus pour être tués.

Lire la suite

Les calvaire des chevaux d'Amérique

13 Mars 2014, 18:28pm

Publié par amisdesbetes

banniere-enquete-chevaux-711px

 

Copié sur le site de l'association L 214

Deux ans d’enquête menée en 2012 et 2013 au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique, en Argentine et en Uruguay et un constat implacable : c’est le cauchemar pour les chevaux en fin de carrière. Considérés comme inutiles ou encombrants, ils sont bradés pour la boucherie. Et le dernier voyage est un enfer.

-> Voir la vidéo d'enquête

Signez notre pétition via Change.org "Cessez de commercialiser de la viande de chevaux en provenance des Amériques"

Ci dessous l'article du Figaro
Des chevaux provenant des Etats-Unis, du Canada, du Mexique, de l'Uruguay et d'Argentine, dont la viande est vendue dans des supermarchés en France, comportent des risques sanitaires et sont victimes de maltraitance, ont affirmé aujourd'hui des associations de défense des animaux.

Ces chevaux sont émaciés, malades, blessés, et certains ont reçu de fortes doses d'anti-inflammatoire, révèle une enquête réalisée en 2012 et 2013 sur les marchés aux enchères, dans les stations de collectes, dans les enclos d'exportation, aux frontières, aux points de contrôles vétérinaires, dans les feedlots (parc d'engraissements intensifs) et les abattoirs. "En plus du traitement inacceptable des chevaux, l'utilisation de phénylbutazone, ou d'autres substances dangereuses interdites dans l'UE, est courante et plusieurs chevaux ayant reçu cet anti-inflammatoire ont été tracés jusque dans les abattoirs canadiens", déplore Brigitte Gothière, de l'association L214, qui a mis en ligne "des vidéos de nombreux chevaux avec des plaies ouvertes, des yeux crevés, des membres déboîtés ou cassés, laissés sans soin; d'autres, morts, en décomposition, dans les feedlots".

L'association L214 "demande aux grandes surfaces de cesser de commercialiser de la viande chevaline en provenance des Amériques pour ne pas contribuer à maintenir le système en place et à faire subir aux animaux des traitements cruels, illégaux en Europe".

Pour mener son enquête dans ces pays fournisseurs de viande de cheval, L214 s'est associée à d'autres associations: Tierschutzbund Zürich (TSB/ AWF), Animals Angels' USA, GAIA et Eyes on Animals. Selon elles, en 2012, 82.000 chevaux ont été abattus au Canada pour la consommation humaine. Environ 70% d'entre eux venaient des Etats-Unis (où les abattoirs ont été fermés en 2007). Ces chevaux étaient d'anciens chevaux de courses, de promenade et de travail et ont été achetés sur des marchés aux enchères par des maquignons.

Lire la suite

1 2 > >>