Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de l'association Amis des Bêtes

Arrivée jeudi 03 04 09

16 Avril 2009, 08:44am

Publié par amisdesbetes


MANON après "toilettage"




voici maintenant une photo prise fin mai, malgré ses 13 ans et quelques soucis de santé, Manon a retrouvé une réelle joie de vivre. La photo est prise dans le bureau du refuge où elle passe, parmi les humains, le plus clair de son temps.

















Lire la suite

CHASSE AUX PHOQUES

14 Avril 2009, 06:45am

Publié par amisdesbetes

http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-05-05/protection-des-animaux-l-europe-ferme-son-marche-aux-produits-issus-du-phoque/9
16/0/340597
    http://tinyurl.com/c3hdjv

Publié le 05/05/2009 à 12:50 - Modifié le 05/05/2009 à 19:32 Le Point.fr


PHOQUES - Le Canada menace de contester la décision de l'UE devant l'OMC

L'Union européenne (UE) a décidé mardi de fermer ses marchés aux importations de peaux et produits dérivés du phoque, avec un vote en ce sens du Parlement européen pour protester contre une chasse jugée cruelle.

Cette décision intervient à la veille d'un sommet à Prague entre les représentants de l'UE et le Canada. Ce dernier, principal exportateur de ces produits, a d'ores et déjà annoncé
qu'il contesterait devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) cette décision si l'UE ne lui accordait pas une exemption reconnaissant qu'il pratique une chasse "sans cruauté et durable".

La mesure prise par l'UE, réclamée par une grande partie de l'opinion publique uropéenne et les organisations de défense des animaux, a été approuvée par 550 députés, contre 49 voix. Elle valide un accord sur cette interdiction déjà trouvé par les États membres de l'Union européenne. L'interdiction entrera en vigueur pour la prochaine campagne de chasse commerciale, en 2010, et elle "aura un impact économique pour le Canada, mais ne devrait pas avoir de conséquences sur les relations entre l'UE et le Canada", a
estimé l'eurodéputée socialiste britannique, Arlène McCarthy.

"Les relations économiques entre le Canada et l'UE représentent 25 milliards d'euros et le commerce des produits dérivés des phoques seulement 4,2 millions d'euros", a-t-elle souligné. Neuf pays européens - Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Italie, Autriche,
Allemagne, France, Slovénie et République tchèque - ont déjà interdit ou annoncé leur intention d'interdire l'importation et la commercialisation des peaux et produits du phoque.

Deux dérogations

L'embargo décidé mardi par l'UE s'ajoute aux embargos décrétés par les États-Unis et le Mexique, deux des principaux partenaires commerciaux du Canada. La mesure concerne les peaux, servant à fabriquer des sacs, chapeaux et gants, utilisés notamment par les
motocyclistes, les skieurs et les boxeurs, mais aussi les viandes, l'huile, les organes et les graisses, ainsi que les produits pharmaceutiques présentés comme suppléments d'acide gras d'oméga 3.

L'embargo prévoit deux dérogations : la chasse traditionnelle pratiquée par les Inuits et la chasse pratiquée à petite échelle et régulée par des législations nationales, notamment en Suède, en Finlande et au Royaume-Uni, pour permettre une gestion durable des
stocks de poissons, dont les pinnipèdes sont de gros consommateurs. L'embargo entrera en vigueur 20 jours après sa publication au journal officiel de l'UE.

Le Canada, le Groenland et la Namibie tuent 60 % des 900.000 phoques abattus chaque année. Les autres pays de chasse sont la Norvège, l'Islande, la Russie, les États-Unis, et au sein de l'UE, le Royaume-Uni, la Suède et la Finlande


 à voir :   Video sur la chasse aux phoques     images très dures mais très réelles



Lire la suite

Refuges, SPA et Fourrières

10 Avril 2009, 16:10pm

Publié par amisdesbetes

Pour faire suite et compléter une info déjà publiée sur : www.amisdesbetes.com


  Refuges, SP,A et Fourrières

Pour beaucoup d'entre-nous ces noms sont surtout synonymes de confusion. Qui est quoi? Qui fait quoi? Depuis que je suis bénévole au refuge "AMIS des BÊTES"et que j'essaie, comme nous tous, d'en parler, pour le faire connaître, de nombreuses questions me sont posées. En principe, une fois précisé que notre association gère un refuge, dont elle est propriétaire, qu'en cela elle est indépendante et maître de sa gestion car non subventionnée par les services publics, l'essentiel est dit. Mais parfois certains veulent en savoir plus.Voici quelques informations supplémentaires qui peuvent nous aider dans nos explications :

La  "Société Protectrice des Animaux" ou SPA dite "nationale" qui est à l'origine des 3 fameuses lettres, est la plus ancienne association de défense animale française, elle a été crée en 1845 par Etienne PARISET, et a reçu  dès son origine le soutien de nombreux grands hommes tels que Victor HUGO ou Emile ZOLA. La SPA nationale c'est une grande dame respectable (j'allais dire vieille!) qui est propriétaire de 57 refuges répartis sur le territoire français, qui rassemble plus de 2000 bénévoles et plus  de 1000 délégués enquêteurs, c'est aussi 12 dispensaires. Elle ne possède aucun refuge dans notre département.

Notre refuge AMIS des BÊTES n'a rien à voir avec la SPA nationale,comme, non plus, des dizaines d'autres refuges, qui ont été créés au fil du temps, propriété d'associations loi 1901et gérés par elles indépendamment les uns des autres. Ces associations autonomes  sont propiétaires de leurs locaux de leur matériel, responsables de leurs salariés permanents. Pourtant, et cela surprend souvent, nombre d'entre elles ont préféré adopter l'appellation de  SPA, c'est le cas de la SPA de Savoie (Chambéry) ou de la SPA de Marlioz (Annecy) , le  nom de SPA n' étant pas protégé, est  utilisable par tous. Parce que les 3 lettres magiques sont  facilement reconnaissables des éventuels donateurs tellement utiles à la vie des associations, elles ont  intérêt à les préserver dans les dénominations.

 A titre d'exemple le refuge "AMIS des BÊTES aurait donc pu, lui aussi, se dénommer : SPA d'AIX-les-BAINS, eh bien ça n'a pas été le cas! Et j'ajoute qu'il existe d'autres refuges qui s'appellent "'AMIS des BETES" ( et même affiliés SPA!)...et qui n'ont rien à voir avec le nôtre . Enfin, pour compliquer l'affaire, les associations-refuges indépendantes se sont confédérées, pour des raisons pratiques, sous le nom de  CNSPA, connue encore sous le nom de SPA lyonnaise (encore les 3 lettres !) ce qui  leur a permis d'être déclarées associations d'intérêt public.

La fourrière n'est pas une association (ouf), c'est un service obligatoire rendu aux administrés d'une commune consistant à assurer la récupération des animaux errants sur son territoire. Les  associations-refuge en ont souvent pris la charge, ce qui est le cas de la commune d'Aix-les-Bains, territoire sur laquelle intervient AMIS des BÊTES. L'avantage est considérable pour les animaux,  puisque nous ne pratiquons pas d'euthanasie, ceux qui se trouvent  encore dans nos box à l'expiration du délai légal de mise en fourrière, deviennent propriété de l'association, ils passent  en régime refuge et sont assurés d'une protection totale

Lire la suite

Chiens de catégories

3 Avril 2009, 06:53am

Publié par amisdesbetes

Copié sur :

http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40168

 

 

 

Propriétaires, soyez vigilants :
la nouvelle loi sur les chiens dangereux est applicable !

Nous tenions à vous informer que la Loi du 20 juin 2008 est entrée en vigueur le 21 juin 2008. Malgré nos revendications, la voix des associations de protection animale n’a, hélas, pas été entendue.
Cette loi impose aux propriétaires de chiens de 1ère et 2ème catégorie  (liste établie par l’arrêté du 27 avril 1999 pour l’application de l’article 211-1 du Code rural), ainsi qu’aux propriétaires de chiens mordeurs, de prendre des mesures particulières.


  • Obligations incombant aux propriétaires d’un chien de 1ère et 2ème catégorie :

Les chiens de 1ère catégorie sont les chiens assimilables par leurs caractéristiques morphologiques aux chiens de race Staffordshire terrier, American Staffordshire terrier,  Mastiff, Tosa, sans être inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministre de l'Agriculture et de la Pêche.
Les chiens de 2ème catégorie sont les chiens assimilables par leurs caractéristiques morphologiques aux chiens de race Staffordshire terrier, American Staffordshire terrier,  Rottweiler ou les chiens assimilables sans être inscrits à un livre généalogique et Tosa (arrêté du 27 avril 1999) .

           Tout propriétaire devra veiller à :

  •  
    • Faire passer une évaluation comportementale à son animal. Cette évaluation sera effectuée par un vétérinaire choisi sur une liste départementale et devra être communiquée au maire par le vétérinaire. Les frais seront à la charge du propriétaire (article L211-14-1 du Code rural). Pour connaître la liste des vétérinaires habilités à faire passer cet examen, nous vous conseillons de vous rapprocher de la Direction des Services vétérinaires de votre département.

    • Détenir une attestation d’aptitude sanctionnant une formation portant sur l’éducation et le comportement canins, ainsi que sur la prévention des accidents. Cette formation obligatoire pour les maîtres sera sanctionnée, pour les personnes jugées aptes, par la délivrance d’une attestation d’aptitude.

    • Prouver l’identification de son chien par le biais d’un tatouage ou d’une                 puce électronique.

    • S’assurer que le chien possède bien une vaccination antirabique en cours de validité.

    • Stériliser les chiens (mâles et femelles) appartenant à la 1ère catégorie.

    • Posséder une assurance responsabilité civile spécifique aux chiens dits « dangereux ».

    • S’assurer de toujours tenir son chien en laisse et muselé sur la voie publique.

Tous ces éléments constituent la condition préalable et nécessaire à la délivrance, par le maire, d’un permis de détention. Les mineurs ou les personnes placées sous une mesure de protection judiciaire, ainsi que les personnes ayant un casier judiciaire (Bulletin n° 2) ne sont toujours pas autorisés à détenir ces chiens.

  • Obligation incombant aux propriétaires détenant des chiens mordeurs :

         Le propriétaire d’un chien venant de mordre devra déclarer la morsure au maire de sa commune. Le gardien et tout professionnel dans l’exercice de ses fonctions (pompiers, police, médecins…) auront la même obligation. Le maire ainsi saisi pourra exiger auprès du propriétaire du chien que l’animal subisse l’évaluation comportementale et imposer au maitre de suivre la formation permettant d’obtenir le Certificat d’aptitude. Au vu des résultats de ces deux tests, le maire pourra, seul, décider de l’avenir de l’animal.

Enfin, relevons tout de même quelques points positifs présents dans la loi qui font suite à nos revendications et qui ne peuvent que nous satisfaire :

  • Les agents de sécurité doivent désormais avoir une qualification professionnelle qui se sanctionne par la délivrance d’une carte sur laquelle sera indiqué le numéro d’identification de l’animal avec lequel il travaille. À tout moment, ils seront susceptibles de perdre leur titre dès lors que les chiens ne sont  pas  détenus « dans des conditions compatibles avec leurs impératifs biologiques » (article 214-1 du Code rural).

  •  Depuis 1999, aucun autre chien n’est entré dans la catégorisation.

  • Le critère de poids, qui consistait en l’obligation pour un propriétaire d’un chien pesant  un poids de plus de X kilos (ce critère n'a jamais été défni) de passer une évaluation comportementale, n’a pas été retenu.

  • Les chiens de 1ère catégorie, même s’ils ne sont toujours pas autorisés sur le territoire français,  ne seront plus euthanasiés du seul fait de leur naissance comme le prévoyait la Loi du 6 janvier 1999. Il s’agira d’une étude au cas par cas.

  • Enfin, si le chien est cédé, que ce soit à titre onéreux ou gratuit, un certificat vétérinaire devra être remis au nouveau détenteur.

 



LES TEXTES RECENTS:

L'Assemblée nationale adopte le projet de loi sur les chiens dangereux

3 décembre 2007

L’Assemblée nationale a adopté, mercredi 28 novembre 2007, le projet de loi n° 29 (2007/2008), adopté par le Sénat, renforçant les mesures de prévention et de protection des personnes contre les chiens dangereux.

La principale disposition du texte consiste à imposer aux détenteurs de tout chien « mordeur » une évaluation comportementale de leur animal, toute morsure devant être déclarée en mairie.

A l’article 1er, les députés ont maintenu l’amendement du Sénat visant d’une part à rappeler que le maire, ou à défaut le préfet, pouvait prescrire au propriétaire du chien de prendre des mesures de nature à prévenir le danger, d’autre part à imposer la transmission de l’évaluation comportementale au maire.

Après l’article 2, les députés ont adopté un amendement qui instaure un permis pour la détention des chiens dangereux, permis que toute personne accompagnant ce type de chien devra porter sur la voie publique, afin de simplifier les contrôles.



Loi n° 2008-582 du 20 juin 2008 renforçant les mesures de prévention et de protection des personnes contre les chiens dangereux

25 juin 2008

Cette loi renforce les obligations incombant aux propriétaires de chiens dangereux ainsi que les sanctions pénales auxquelles les expose le non respect des dispositions légales. Elle étend les pouvoirs de police dont dispose le maire pour assurer la protection des personnes contre les chiens dangereux.

Plusieurs dispositions introduites aux articles L. 211-11, L. 211-13-1 et L. 211-14-1 du code rural offrent au maire ou, à défaut, au préfet une possibilité supplémentaire d’intervention préventive lorsqu’un animal lui apparaît susceptible, compte tenu des modalités de sa garde, de présenter un danger pour les personnes ou les animaux domestiques. Le maire peut ainsi demander qu’une évaluation comportementale soit effectuée par un vétérinaire et, à la suite de cette évaluation, il peut imposer au propriétaire ou au détenteur de l’animal de suivre une formation portant sur l’éducation et le comportement canin, sanctionnée par l’obtention d’une attestation d’aptitude. Les frais engagés sont à la charge du propriétaire du chien.

Pour assurer la pleine information du maire et lui permettre de mettre en œuvre les mesures nécessaires, la loi prévoit en outre que tout fait de morsure d’une personne par un chien soit déclaré à la mairie par son propriétaire, son détenteur ou tout professionnel en ayant connaissance. L’animal en cause doit par ailleurs être soumis à une évaluation comportementale.

La loi subordonne la détention des chiens d’attaque, de garde et de défense à la délivrance d’un permis de détention par le maire de la commune où le propriétaire ou le détenteur du chien réside. L’autorité municipale est ainsi chargée de vérifier le respect par le candidat de l’ensemble des conditions fixées par la loi pour la délivrance du permis de détention et elle doit s’assurer qu’ont bien été produites :

1° Les pièces justifiant :

a) De l'identification du chien dans les conditions prévues à l'article L. 212-10 du code rural ;

b) De la vaccination antirabique du chien en cours de validité ;

c) Dans des conditions définies par décret, d'une assurance garantissant la responsabilité civile du propriétaire du chien ou de la personne qui le détient pour les dommages causés aux tiers par l'animal. Pour l’interprétation de cette disposition, les membres de la famille du propriétaire de l'animal ou de celui qui le détient sont considérés comme des tiers ;

d) Pour les chiens mâles et femelles de la première catégorie, de la stérilisation de l'animal ;

e) De l'obtention, par le propriétaire ou le détenteur de l'animal, de l'attestation d'aptitude précitée ;

2° L'évaluation comportementale précitée.

Si les résultats de l'évaluation le justifient, le maire peut refuser la délivrance du permis de détention.

En cas de constatation du défaut de permis de détention, le maire ou, à défaut, le préfet met en demeure le propriétaire ou le détenteur du chien de procéder à la régularisation dans le délai d'un mois au plus. En l'absence de régularisation dans le délai prescrit, le maire ou, à défaut, le préfet peut ordonner que l'animal soit placé dans un lieu de dépôt adapté à l'accueil ou à la garde de celui-ci et peut faire procéder sans délai et sans nouvelle mise en demeure à son euthanasie. Les frais engagés sont à la charge du propriétaire du chien.

 

Lire la suite

L'OBJET DU SCANDALE

2 Avril 2009, 06:41am

Publié par amisdesbetes

lien

 

Message relatif à l'émission : l'OBJET DU SCANDALE de Guillaume DURAND qui sera diffusée dimanche 5 avril à 16H10. Quelques infos supplémentaires sur le site de TELE 7 J site où vous pouvez réagir à la malhonnêteté de france 2 (of course avec courtoisie) :

http://www.tele7.fr/tv/news-tele/l-objet-du-scandale-stephane-simon-s-exprime-sur-le-scandale-de-la-corrida/(gid)/775074

Vous pouvez aussi réagir naturellement sur le site de France2:

bernard


L'objet du scandale : par Luce Lapin, envoyée spéciale de Charlie et du CRAC Europe!
Importance : Haute

Chers amis de combat,
 
vous savez sans doute déjà que France 2 a enregistré hier soir un débat sur la tauromachie dans le cadre de l'émission "l'objet du scandale" de Guillaume Durand. Cette émission sera diffusée le dimanche 5 avril à 16h10 sur France 2. En l'occurence, "l'objet du scandale" c'est plutôt l'absence totale d'éthique de la part de Guillaume Durand... Ce dernier a d'abord invité Christian Laborde pour défendre le point de vue des abolitionnistes ce qui était une excellente nouvelle. Christian a accepté l'invitation et a ensuite été déprogrammé à la demande des pro-torture. QUELLE HONTE!!! On comprend mieux la situation quand nos amis présents hier soir sur le plateau d'enregistrement ont pu constater le degré d'intimité de Guillaume Durand avec le monde de la mafia tauromachique : tutoiement et bises de rigueur. Et on assiste alors sur une chaîne du service public à une pratique bien étonnante : le monde des tortionnaires des arènes récuse les interlocuteurs dont ils ne veulent pas... Avec la bénédiction du responsable de l'émission!
 
Christian Laborde, auteur d'un pamphlet qui dénonce les pratiques de cette petite mafia très organisée et très bien relayée a tout notre soutien. Son livre sortira le 9 avril en librairie : "Corrida Basta!" A ne pas manquer!
 
Mais je laisse le soin à Luce Lapin, journaliste à Charlie Hebdo et porte-parole nationale du CRAC Europe, de vous présenter cette étonnante soirée d'hier!
 
MERCI A TOUTES ET A TOUS DE REDIFFUSER CE MESSAGE AU MAXIMUM. Dès la diffusion de l'émission dimanche après-midi, en fonction du résultat du montage, nous prévoyons une action que nous souhaitons la plus large possible! Nous vous tiendrons bien entendu informés.
 
Bien à vous
 
Jean-Pierre Garrigues
Vice-Président du CRAC Europe
www.anticorrida.com

Bonjour à tous,

 

L'enregistrement de « L'objet du scandale », présenté par Guillaume Durand et dont le thème était la tauromachie, a eu lieu le 31 mars dans les locaux de France 2 (Paris XVe). Notre amie Élisabeth Hardouin-Fugier, historienne de l'art et auteure, entre autres œuvres, de L'Histoire de la corrida en Europe du xviiie au xxie siècle (éditions Connaissances et Savoirs), faisait partie, avec Laurent Baffie, Marie-Claude Bomsel, vétérinaire, Francis Lalanne et Bernard Maris, mon confrère économiste « Oncle Bernard » de Charlie Hebdo, des cinq invités défendant notre cause. Ils étaient face à Simon Casas, directeur des arènes de Nîmes, Marie Sara, ex-torera à cheval aujourd'hui éleveuse de taureaux « de combat », comme elle dit, Philippe Caubère, théâtral théâtreux, André Viard, ex-torero, qui se glorifie de peindre avec le sang des taureaux, et le philosophe Francis Wolff, auteur de Philosophie de la corrida. Sans oublier le jeune torero Julien Lescarret et sa démonstration pathétique, avec Jérôme Bonaldi, non moins désolant, dans le rôle du taureau.

De notre côté, un petit bonus inattendu en fin d'émission : Pierre Sterckx, professeur et critique d'art.

J'étais dans le public.

 

Certains anticorrida ont auparavant fait l'objet d'une censure. Christian Laborde, auteur de Corrida basta!, à paraître aux éditions Robert Laffont le 9 avril, dont la venue était programmée (il avait été invité officiellement !), fut ensuite récusé par… André Viard, qui s'est également permis de refuser la présence de Claire Starozinski, fondatrice de L'Alliance Anticorrida, en menaçant les organisateurs de ne pas participer à l’émission, et cela valait également pour ses amis, si les invités ne lui convenaient pas. Même traitement pour Jean-Pierre Garrigues, vice-président et trésorier du CRAC Europe, qui souhaitait témoigner en tant qu'enseignant du prosélytisme des aficionados il y a quelque temps à l'intérieur même de son établissement : le prof a écopé d'un 0 sur 20. Curieux plateau, fortement constitué par ceux-là mêmes qui prônent et pratiquent la torture tauromachique, avec la complicité totale de Guillaume Durand. Élisabeth Hardouin-Fugier et moi, on était bien pessimistes. La question de boycotter l'émission s'était bien évidemment posée. Mais laisser les aficionados occuper le terrain, sans même faire entendre notre voix, celle des taureaux et des chevaux, qui n'ont que la nôtre pour dénoncer leur souffrance, ne nous a pas paru à la hauteur de notre engagement dans ce combat. Pas question de « se dégonfler ». Fi des critiques, passées ou à venir, on y est allées. Et on a drôlement bien fait. Car ce plateau qu'on redoutait s'est révélé des plus efficaces, sans concession aucune envers les représentants de cette barbarie indigne de notre xxie siècle.

Des manifestants de la FLAC (Fédération des luttes pour l’abolition des corridas) ont à juste titre protesté contre cette censure devant France Télévisions et ont hué à leur arrivée Caubère, Casas et Marie Sara, qui nous a dit, dans les coulisses, s’être sentie agressée. Mais moins que les quelque 1 000 taureaux qu'elle a annoncé avoir massacrés, tellement moins…

 

L'émission sera diffusée sur France 2 dimanche 5 avril à 16 h 10. D'ici là, des interventions auront été coupées au montage. On verra ce qu'il en restera. Et on agira en conséquence, dans le cadre d’une action que nous vous proposerons.

Merci à vous d'y participer avec nous.

 

En primeur, quelques phrases que j'ai relevées : 

 

« J'ai été chasseur, pêcheur, maintenant, je suis torero. J'aime les animaux » (Julien Lescarret).

« Le taureau en mourant nous signifie que nous sommes mortels. On est dans un phénomène de transfert au point de vue analytique » (Simon Casas, dans un transfert de philosophie de bas étage).

« Grâce aux bêta-endorphines, quand il y a blessure, la douleur est annihilée à l'instant » (André Viard). « C'est faux, cette étude n'est pas validée scientifiquement » (Marie-Claude Bomsel).

« J’aime mes bêtes » (Marie Sara, parlant des taureaux de son élevage).

« Je ne crois pas qu'on a besoin de la mort pour aimer la vie, et je ne crois pas que la corrida rendra le monde meilleur. C’est pas beau de tuer, c’est dégueulasse de tuer » (Francis Lalanne).

« On a le droit de tuer un animal pour la beauté du geste » (Philippe Caubère).

« La corrida, c'est l'alliance du supplice et de la mise à mort. Cette bête ne peut pas répondre, elle peut juste réagir. Ce n'est pas de l'art » (Pierre Sterckx).

« Je vais arrêter l’émission ! » (Guillaume Durand, à trois reprises, qui n’en peut apparemment plus… ou du moins fait semblant).

 

Ah, je voulais vous dire ! Je n'ai pas de sang sur les mains. J'ai refusé, dans les coulisses, de serrer celle de Simon Casas, accompagné de Marie Sara, qu'il me tendait. Mais je reconnais m'être présentée : « Luce Lapin, Charlie Hebdo, porte-parole nationale du CRAC Europe, Comité radicalement anticorrida. »

 

Bien chaleureusement à tous,

Luce Lapin

Lire la suite