Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'association Amis des Bêtes

Tuer un rhinocéros noir pour 350 000 dollars

21 Mai 2015, 09:25am

Publié par amisdesbetes

Ne voit-on pas le comble de l'absurdité et le "désespoir de l'humanité" condensé dans cet article

#Animaux Pour 350.000 dollars, un chasseur américain abat un rhinocéros noir, espèce menacée, qu'il avait gagné le droit de tuer aux enchères

 

 

 

Ce chasseur américain du Texas avait payé 350.000 dollars le droit de tuer un rhinocéros noir en Namibie... mais affirme que l'argent versé aux autorités namibiennes servira à la protection de cette espèce menacée d'extinction.

Fort de ce raisonnement paradoxal, Corey Knowlton, 36 ans, a abattu l'animal ce lundi après trois jours de traque en compagnie de guides du gouvernement namibien qui devaient s'assurer que l'animal abattu était bien le bon. Le Texan était aussi accompagné d'une équipe de télévision de la chaîne américaine CNN, qui a filmé la chasse.

L'homme avait gagné le droit de tuer son rhinocéros noir - bien plus rare encore que le rhinocéros blanc - lors d'enchères très controversées organisées à Dallas en 2014, qui avaient provoqué la fureur d'associations de protection des animaux. "Le monde entier a entendu parler de ma chasse, et je pense qu'il est très important que les gens sachent que ça s'est bien passé, de la façon la plus scientifique possible", a déclaré Corey Knowlton dans le reportage de CNN diffusé ce mercredi.

"Je pense que les gens ont un problème juste parce que j'aime la chasse [...] Mais je souhaite que le rhino noir soit le plus abondant possible. Je crois à la survie de cette espèce".

Depuis 2012, la Namibie a vendu des licences de chasse pour cinq rhinos, assurant que l'argent est utilisé pour financer des projets de protection de la nature et de lutte contre le braconnage. Les rhinos assignés aux chasseurs sont choisis parmi les animaux trop vieux pour se reproduire, affirment les autorités. Il reste environ 5.000 individus en Afrique australe.

Commenter cet article